Navigation – Plan du site

Introduction

Gisèle Séginger

Résumé

Ce numéro – issu du programme de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme de Paris « Littérature et savoirs du vivant – xixe-xxe siècle » – s’interroge sur la formation et la circulation interdisciplinaires des savoirs du vivant. Nous avons orienté nos investigations dans deux directions : d’une part le rapport entre les formes de vie et les formes esthétiques, tant dans les réflexions théoriques sur la morphogenèse des formes esthétiques, que dans la pratique et l’écriture scientifique ou dans l’expérience poétique ; d’autre part le rapport entre la logique du vivant et la logique du temps historique. Dans ce second cas, on voit comment certaines interrogations, par exemple sur le rythme du temps – évolution ou révolution ? – traversent des champs différents, comment la littérature peut prendre en charge ce débat grâce à ses potentialités critiques, ou comment certains rêves, certaines angoisses sur le sens du mouvement – palingénésie ou dégénérescence ? – sont à l’origine de spéculations poético-philosophiques, ou le cas échéant d’idéologèmes qui circulent de la médecine et des sciences sociales à la littérature.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Aristote, Traité de l’âme, II, 1.
  • 2 Sur les transformations épistémologiques entre l’âge classique et le xixe siècle, sur l’émergence d (...)
  • 3 Systema naturae, 1735.
  • 4 Voir Jacques Roger, Les sciences de la vie dans la pensée du xviiie siècle, 3e édition, Albin Miche (...)
  • 5 Buffon, Des Époques de la nature, in Histoire naturelle générale et particulière (1749-1789). Paris (...)

1Scindant la nature en deux, Aristote semble admettre la spécificité du vivant : « Parmi les corps naturels, les uns ont la vie, les autres ne l’ont pas ; la vie telle que je l’entends consiste à se nourrir soi-même, à croître et à dépérir. »1 Pourtant, alors que la vie va susciter pendant des siècles des réflexions et des spéculations philosophiques, il faut attendre le xixe siècle avec les travaux de Bichat, Lamarck et Treviranus, pour que le vivant acquière vraiment sa spécificité, son autonomie, et qu’il entre pleinement dans le domaine scientifique, où émerge progressivement une nouvelle science : la biologie, qui se consacrera à l’étude de l’organisation interne du vivant2. En effet, l’enseignement du christianisme a longtemps prévalu et maintenu le vivant dans la dépendance de Dieu, grand ordonnateur de la nature et maître du temps. Au xviiie siècle, Linné croit encore que le monde n’a pas changé depuis la Création3 : la fixité des espèces et l’ordre de la nature structuré en trois règnes étant garantis par Dieu, la mission du scientifique est d’observer le visible, d’inventorier et de classifier. Même si les sciences naturelles semblent étudier la nature de manière relativement indépendante par rapport à la pensée religieuse, au final le temps naturel doit toujours se rapporter à celui de la Genèse et de la Providence. Buffon en fit encore l’expérience, lorsqu’il sentit la nécessité de justifier sa pensée d’un temps relativement long, et sa théorie des époques de la nature (1778), par une interprétation allégorique des sept journées de la Genèse, puis à nouveau, à la publication du livre, lorsque la Sorbonne l’obligea à se rétracter après avoir émis des hypothèses audacieuses sur la formation de la Terre – boule de feu détachée du soleil – et sur les causes de sa transformation, encore observables dans la nature4. Les réflexions sur l’âge de la terre et la découverte de fossiles d’espèces disparues suscitent des interrogations voire des doutes dans la seconde moitié du xviiie siècle. L’historiographie inspire aux sciences naturelles un désir de positivité : Buffon voudrait qu’on s’appuie désormais sur les « faits consignés dans les archives de la nature » à l’exemple des historiens5. Parmi les sciences de la nature, le vivant occupe alors de plus en plus la vedette si bien qu’on finit par parler de sciences de la terre et de la vie tandis que la médecine se voit accompagnée et secondée d’un cortège de disciplines – physiologie, biologie, biochimie – qui se dédient à l’étude de l’organisme vivant, de ses processus, de sa matérialité propre.

  • 6 Judith Schlanger montre que son succès vient de la force intégrative du savoir qui le fonde, de l’a (...)
  • 7 Volney, Les Ruines, ou méditations sur les révolutions des empires, Paris, Volland, 1791, p. 33.
  • 8 Voir Claude Blanckaert, « 1800 ? Le moment naturaliste des sciences humaines », Revue d’histoire de (...)

2En retour, l’histoire naturelle fournit des modèles de pensée à la philosophie de l’histoire dès la fin du xviiie siècle : Herder développe une pensée organiciste dans ses Idées pour une philosophie de l’histoire de l’humanité (1784-1791) et Quinet en assurera la diffusion en France par sa traduction (1827-1828), tout en infléchissant dans le sens d’un progrès général de l’histoire la pensée du philosophe allemand, qui s’y refusait en utilisant le modèle organiciste pour décrire la succession de toutes les civilisations selon le même modèle (naissance, croissance, mort). Quoi qu’il en soit, au tournant des Lumières, le vivant est devenu une sorte d’a priori de la pensée dans la philosophie de la nature et un principe globalisant qui permet de rationaliser l’histoire de l’humanité. L’organisation est promue au statut de modèle dont l’efficacité épistémologique dépasse bien celle d’une simple métaphore. Le modèle organiciste est utilisé pour expliquer les collectivités sociales, le droit, l’art, les langues6. En France, le culte révolutionnaire de la raison, l’exigence d’une relève laïque de la religion favorisent la promotion d’un naturalisme épistémologique dans les sciences morales. Le contexte révolutionnaire, encourage les penseurs à chercher de nouvelles références. Ainsi en 1793, sur le plan politique, Volney défend l’idée de « lois naturelles ou lois de la nature » qui doivent régir « les actions de chaque être ou de chaque espèce d’êtres » (La loi naturelle ou Catéchisme du citoyen français). Sur le plan historique, dans Les Ruines, ou méditations sur les révolutions des empires, il affirme de même que « l’homme est régi par des lois naturelles, régulières dans leur cours, conséquentes dans leurs effets » comme « le monde dont il fait partie »7. Si les sciences naturelles du xviiie siècle ont regardé avec admiration la méthodologie des historiens, inversement les sciences de la nature inspirent désormais aux historiens des exigences de positivité. Les sciences humaines gagneront leur scientificité en référence aux méthodes des sciences naturelles, en affirmant la possibilité d’expliquer par des « lois » aussi régulières que les « lois naturelles », par des déterminismes, le cours de l’histoire8. Que ce soit sur le plan politique ou sur le plan historique, il s’agit bien de détacher le temps historique de son ancrage religieux. Après les échecs révolutionnaires des années 1789-1848, Michelet s’y efforcera encore, en essayant même de déconstruire le légendaire chrétien pour lui substituer un Évangile naturel, écologiste et républicain (G. Séginger).

  • 9 Sur ce point voir l’introduction de Lise Andriès à l’ouvrage collectif, La construction des savoirs(...)

3Sensible à cette circulation des idées, des métaphores et des modèles biologiques dans divers domaines, Quinet en vient à déplorer la séparation des disciplines, progressivement légitimée à son époque par un partage et une hiérarchie des savoirs, à laquelle la Révolution de 1789, avait largement contribué avec la restructuration des institutions académiques et de l’enseignement9. En 1870, dans la préface de La Création, il choisit une approche épistémologique transversale, afin de saisir des similitudes entre les disciplines, des régularités discursives, un partage du savoir :

J’avoue que je me propose ici un grand but.

  • 10 Edgar Quinet, La Création, Paris, Librairie Internationale, 1870 Préface, T. I, p. I.

J’entreprends de faire entrer la révolution contemporaine de l’histoire naturelle dans le domaine général de l’esprit humain ; c’est-à-dire, d’établir les rapports de la conception nouvelle de la nature avec l’histoire, les arts, les langues, les lettres, l’économie sociale et la philosophie10.

  • 11 Cette idée est le « fond de notre époque », dit Quinet dans son éloge de Geoffroy Saint-Hilaire en (...)
  • 12 En 1826, dans sa préface aux Esquisses de philosophie morale de Dugald Stewart, Théodore Jouffroy – (...)
  • 13 Voir l’échange de lettres ouvertes en 1863 avec le chimiste Marcellin Berthelot, publiées dans la R (...)

4Il propose d’étendre à l’histoire humaine l’idée d’une « unité de plan et de composition », formulée par son ami Geoffroy Saint-Hilaire11 et défendue en 1830 dans sa controverse avec Cuvier. La philosophie, l’histoire, la politique, la sociologie empruntent donc aux sciences de le nature des théories, des représentations, des métaphores, pour fonder leur propre scientificité12, pour élaborer par imitation leur méthodologie, mais aussi, on le voit avec Quinet, ou encore avec Renan qui défend une pensée globale du monde et de l’humanité en s’appuyant sur des savoirs du vivant et de son unité, pour défendre une pensée globale contre la spécialisation scientifique13 et la construction d’une hiérarchie qui commence à être défavorable aux sciences humaines. Largement utilisés et diffusés par-delà les frontières disciplinaires, les savoirs du vivant entrent dans l’imaginaire culturel et circulent dans la littérature, comme on le voit dans les romans naturalistes sur l’atavisme et l’hérédité (I. Kiriow) ou dans le roman d’anticipation de Jules Verne Le Village aérien, sur le chaînon manquant (C. Husti).

  • 14 Il met ces propos dans la bouche de Mademoiselle de Lespinasse qui rapporte un rêve de d’Alembert : (...)
  • 15 Laurent Loty, « L’invention du transformisme par Rétif de la Bretonne (1781 & 1796) », paru dans Al (...)
  • 16 Il s’agit plus précisément d’une traduction collective, réalisée par la Botanical Society of Lichfi (...)
  • 17 The Botanic Garden est publié en deux parties, la seconde paraît en fait la première en 1789, puis (...)
  • 18 Gradual progress of the formation of the earth, and of plants and animals”, Part I, 1791, p. 217.
  • 19 “From thus meditating on the great similarity of the structure of the warm-blooded animals, and at (...)
  • 20 Goethe, Versuch die Metamorphose der Pflanzen zu erklären..., Gotha, C. W. Ettinger, 1790.
  • 21 D. King-Hele, Erasmus Darwin and the Romantic Poets, Palgrave Mac Millan, London, 1986, p. 183.
  • 22 Voir note 17.
  • 23 Essai sur la métamorphose des plantes, traduit de l’allemand sur l’édition originale de Gotha, 1790 (...)
  • 24 Jean Petitot, Morphologie et esthétique, Paris, Maisonneuve et Larose, 2003, p. 120.

5Cependant, il faut bien voir aussi dans l’autre sens le rôle que joue la littérature dans la formation des grands modèles de pensée du xixe siècle et dans la révolution des paradigmes du fixisme à l’évolutionnisme. Métamorphose, transformation, évolution sont des notions mais aussi des matrices de récit qui se forment en grande partie dans la littérature et la philosophie, à partir de la fin du xviiie siècle, dans une période où philosophes et écrivains s’intéressent de plus en plus à l’histoire naturelle, à la botanique et à la médecine. S’inspirant de l’atomisme matérialiste de l’antiquité, Diderot imagine dans Le Rêve de d’Alembert (1769), sinon une histoire évolutionniste de la nature, du moins l’autonomie de son fonctionnement14, tandis que Restif de la Bretonne esquisse une pensée transformiste avant la lettre dans La découverte australe par un Homme-volant (1781)15. Ainsi la littérature se trouve-t-elle très vite partie prenante dans la révolution épistémologique qui fera du vivant un objet d’étude majeur à partir du xixe siècle, occasionnant une restructuration du champ scientifique. En 1789, Erasmus Darwin, médecin, poète et traducteur de Linné16, grand-père aussi de Charles Darwin, publie un recueil poétique, en deux parties, sous le titre Botanical garden (1789-1791)17, accompagné de notes philosophiques qui appliquent la notion de progrès à la formation de la terre, des plantes et des animaux18. En 1794, dans une grosse œuvre médicale en deux volumes, Zoonomia ; or the Laws of Organic Life (1794-1796), traduit en français dès 1810-1811, il esquisse des hypothèses nettement transformistes19 : il considère les grands changements que connaît un être vivant après sa naissance et il imagine sur ce modèle une origine unique de la vie qui se serait ensuite diversifiée de manière autonome dans le temps long de la terre. L’année suivante, Goethe, naturaliste à ses heures, publie sa Métamorphose des Plantes20, point de départ de bien des réflexions scientifiques et esthétiques sur la morphogenèse. Il reconnaît sa dette à l’égard d’Erasmus Darwin21 : la première partie de The Botanical Garden était intitulée The Love of Plants (1789) et se référait explicitement aux métamorphoses d’Ovide. Des récits poétiques, ressaisis par des écrivains peuvent donc avoir une productivité scientifique. Poursuivant méthodiquement dans son livre de botanique, l’idée poétique émise par Erasmus Darwin comme une hypothèse d’une première grande cause, sorte de fil unique du vivant (tous les êtres proviendraient « from one living filament », « THE FIRST GREAT CAUSE »22), Goethe imagine une dérivation botanique à partir d’un prototype de toutes les plantes23, dans un plan unique de composition, idée qui hantera encore les esprits au xixe siècle, dans les sciences naturelles, de Lamarck à Geoffroy Saint-Hilaire, mais aussi dans la philosophie de l’histoire et dans le domaine esthétique qui sera aussi central que ceux de l’histoire et des sciences naturelles pour comprendre la formation des savoirs du vivant. On le voit dès la fin du xviiie siècle avec Goethe, puis avec la pensée morphogénétique de Valéry (Ch. Baron), les formes du vivant sont mises en relation avec les formes esthétiques. Au-delà du xixe siècle, on peut encore voir l’impact des premières réflexions de Goethe sur la dynamique des formes dans la théorie du sémiologue Jean Petitot qui défend une « phénoménologie de l’apparent » « fondée sur l’observation des processus de formation et trans-formation » (L. Dahan-Gaida) : formes vivantes et formes esthétiques peuvent être appréhendées dans une perspective morpho-dynamique comme les résultats d’un processus d’« auto-organisation émergente »24. Héritier d’une approche qu’on voit s’esquisser de Goethe à Valéry dans une période où se forment les relations entre biologie et esthétique, le bio-art trouve encore, pour sa part, à l’époque contemporaine à la fois dans la biologie et dans les théories morphogénétiques « de nouvelles ressources conceptuelles et expressives dans les concepts d’émergence, d’auto-organisation ou d’autopoïèse » (L. Dahan-Gaida).

  • 25 Horst Bredekamp dans Les coraux de Darwin, Paris, Les presses du réel, 2008, s’appuie sur le deuxiè (...)
  • 26 Charles Darwin, The descent of man, and selection in relation to sex, London, John Murray 1871, 2 v (...)

6Un autre rapport peut encore se nouer entre biologie et esthétique si l’on se souvient que l’esthétique désigne étymologiquement une théorie de la perception, et que toute perception humaine dépend d’un entendement lui-même tributaire de cadres et de représentations préformées, d’appréciations antérieures qui font partie de sa propre histoire, de sa propre formation. Les polypes et les coraux fascinent les scientifiques du xixe siècle jusqu’à Charles Darwin lui-même, et Horst Bredekamp émet l’hypothèse selon laquelle les qualités plastiques du corail auraient joué un rôle lorsqu’il renonça à l’arbre traditionnel qui donnait l’idée d’une hiérarchie et le choisit pour modéliser son idée de l’évolution par un buissonnement25. Dans cette perspective, l’un des articles présenté dans ce numéro (par F. Willman) pousse l’investigation jusqu’à la pratique de laboratoire d’Émil du Bois-Raymond, pour souligner le souci esthétique que le scientifique mettait dans l’organisation de ses dispositifs d’expérimentation, puis le souci esthétique qu’il manifestait encore lorsqu’il en réalisait le récit et l’illustration dans ses ouvrages, transcendant de manière ambivalente sa lutte avec le vivant, son expérience de la destruction, par une préoccupation de la beauté. Son attachement à une écriture personnelle impliquait doublement – comme l’avait théorisé Goethe – « l’interaction du sujet et de l’objet » (L. Dahan-Gaida), ce qui tranchait déjà, à la fin du xixe siècle, par rapport à l’écriture scientifique de son temps. Ajoutons enfin qu’avec The descent of man, and selection in relation to sex (1871), Charles Darwin a noué encore différemment et plus fortement le rapport du vivant et de l’esthétique en généralisant à tous les animaux le sens de la beauté, pour lui attribuer un rôle dans la reproduction et la sélection naturelle26.

  • 27 Quinet écrit à propos de l’histoire : « Tant qu’elle se présente isolée, sans connexion établie ave (...)
  • 28 Niklas Bender le montre à propos de trois auteurs, Flaubert, Zola et Theodor Fontane, dans son livr (...)

7Si l’esthétique romantique après Goethe a développé des considérations diverses sur le rapport de l’art et des formes vivantes, sur l’auto-organisation des formes esthétiques indépendantes de l’imitation, et plus généralement sur les rapports de l’art et de la nature qu’il faut désormais imiter dans ses processus et ses effets d’infini (il suffit de penser à Hugo, à Flaubert), toutefois chez certains écrivains, comme Baudelaire, se fait jour une conception du Beau qui est redevable d’une historicisation générale de la nature et de l’histoire bien qu’elle manifeste en même temps une résistance à l’ordre historique et à l’ordre biologique du temps (T. Klinkert). Cette tension au cœur de l’esthétique baudelairienne est probablement emblématique d’une modernité contradictoire, instable et diverse, d’une époque où les débats et les incertitudes l’emportent sur la stabilité des croyances, la fixité des classifications naturelles et des règles esthétiques. Si bien que ce siècle qui a voulu repenser le temps pour en déterminer l’unité vivante, qui a souvent rêvé d’origine unique du vivant ou tenté de ramener la succession des révolutions à la surface du globe à la volonté unique de Dieu, mais qui dans ces deux cas pourtant inverses, a toujours cherché un « point fixe », selon l’expression de Quinet27, redonnant à la diversité des faits une régularité, se trouve pris sans fin dans le tourbillonnement des théories, la belligérance des paradigmes28. L’autonomisation voire la rupture de l’ordre du savoir par rapport à l’ordre religieux a libéré l’interprétation du monde et rendu possible à la fois des changements de paradigmes et la concurrence des modèles de pensée. De nouvelles sciences – biologie, biochimie – définissent de nouveaux objets d’étude. La science a ainsi conquis de nouveaux domaines pour la littérature et le monde semble s’élargir tandis que la conscience du temps et le sens du beau sont aiguisés par l’existence de représentations différentes, par la divergence des pensées de l’histoire, par les débats sur la logique du vivant.

8Sans chercher à être exhaustif, ce numéro a choisi d’orienter son investigation dans deux directions : d’une part le rapport entre les formes de vie et les formes esthétiques, tant dans les réflexions théoriques sur la morphogenèse des formes artistiques et littéraires, que dans la pratique et l’écriture scientifique ou dans l’expérience poétique ; d’autre part le rapport entre la logique du vivant et la logique du temps historique. Dans ce second cas, on voit comment certaines interrogations, par exemple sur le rythme du temps – évolution ou révolution ? – traversent des champs différents, comment la littérature peut prendre en charge ce débat grâce à ses potentialités critiques (J. Azoulai) ; ou comment certains rêves, certaines angoisses sur le sens du mouvement – palingénésie ou dégénérescence ? – sont à l’origine de spéculations poético-philosophiques (M. Suckiennicka) ou à l’origine, le cas échéant, d’idéologèmes qui circulent de la médecine et des sciences sociales à la littérature, s’inscrivant parfois en profondeur (chez Zola ou Hector Malot) dans la poétique du genre romanesque (B. Percheron, I. Kiriow).

9Ce numéro qui fait la part belle au xixe siècle montre néanmoins qu’il faut penser celui-ci sinon dans un temps long du moins dans une moyenne durée si l’on veut vraiment comprendre la formation de questionnements qui n’ont pas brusquement surgi de la Révolution – mais qui pour certains ont même plutôt contribué à son surgissement – ni du tournant de 1800, lorsque Lamarck et Treviranus lancent l’idée d’une nouvelle science, la biologie. Enfin, la postérité de Goethe au début du xxe siècle et au-delà (avec Calvino par exemple), puis le développement du bio-art comme de certaines théories sémiologiques indiquent bien aussi que notre modernité a encore quelque chose à voir avec celle du xixe siècle.

  • 29 Ce programme-cadre, dirigé par Gisèle Séginger, est porté par une équipe internationale (France, Al (...)
  • 30 « VIVANLIT – Penser le vivant : les échanges entre littérature et sciences de la vie (de la fin du (...)
  • 31 BIOLOGRAPHES – Création littéraire et savoirs biologiques au xixe siècle est un programme franco-al (...)

10Les contributions de ce numéro sont liées au programme accueilli depuis 2012 par la Fondation Maison des Sciences de l’Homme de Paris « Littérature et savoirs du vivant – xixe-xxe siècle »29. Ce programme cadre s’est également développé grâce à des projets soutenus par le Réseau national des Maisons des Sciences de l’Homme (VIVANLIT, 2012-2016)30 ou, depuis 2014, par l’Agence nationale de la Recherche et la Deutsche Forschungsgemeinschaft (BIOLOGRAPHES)31, que je tiens à remercier. Ils seront donc complétés au fil des prochains mois par d’autres recherches et par d’autres publications.

Haut de page

Notes

1 Aristote, Traité de l’âme, II, 1.

2 Sur les transformations épistémologiques entre l’âge classique et le xixe siècle, sur l’émergence de nouveaux questionnements et la circulations interdisciplinaires des modèles de pensée au xixe siècle, voir François Jacob, La Logique du vivant, Paris, Gallimard, coll. « Tel », 1983 (1970), p. 27-86 ; André Pichot, Histoire de la notion de vie, Tel/Gallimard, 1993 ; Pascal Duris et Gabriel Gohaut, Histoire des sciences de la vie, Belin, 2011 ; Gisèle Séginger, « Penser et rêver le vivant », introduction du numéro thématique Le Vivant, revue Romantisme, Armand Colin, 2011, n° 4, p. 3-20.

3 Systema naturae, 1735.

4 Voir Jacques Roger, Les sciences de la vie dans la pensée du xviiie siècle, 3e édition, Albin Michel, 2014 ;

5 Buffon, Des Époques de la nature, in Histoire naturelle générale et particulière (1749-1789). Paris, Imprimerie Royale, Supplément, 1778, vol. 5.

6 Judith Schlanger montre que son succès vient de la force intégrative du savoir qui le fonde, de l’adaptabilité de ce modèle, et d’une logique de l’harmonie et de la finalité, qui séduit à la fois le rationalisme dix-huitiémiste et la philosophie romantique malgré des motivations et des perspectives différentes (Les métaphores de l’organisme, Paris, Vrin, 1971.

7 Volney, Les Ruines, ou méditations sur les révolutions des empires, Paris, Volland, 1791, p. 33.

8 Voir Claude Blanckaert, « 1800 ? Le moment naturaliste des sciences humaines », Revue d’histoire des sciences humaines, 2000/2, n° 3, p. 117-160.

9 Sur ce point voir l’introduction de Lise Andriès à l’ouvrage collectif, La construction des savoirs, Presses universitaires de Lyon, 2009.

10 Edgar Quinet, La Création, Paris, Librairie Internationale, 1870 Préface, T. I, p. I.

11 Cette idée est le « fond de notre époque », dit Quinet dans son éloge de Geoffroy Saint-Hilaire en 1844 : « Désir, pressentiment, nécessité d’une vaste unité, c’est là ce qui travaille le monde » (Edgar Quinet, Œuvres complètes, Pagnerre, t. II, 1857, p. 340).

12 En 1826, dans sa préface aux Esquisses de philosophie morale de Dugald Stewart, Théodore Jouffroy – pourtant disciple du philosophe spiritualiste Victor Cousin – explique qu’en « procédant comme les sciences naturelles la philosophie peut s’élever à des résultats tout aussi positifs et tout aussi certains » (Paris, A. Johanneau, p. I).

13 Voir l’échange de lettres ouvertes en 1863 avec le chimiste Marcellin Berthelot, publiées dans la Revue des Deux mondes (15 octobre 1863) : Renan, « Les sciences de la nature et les sciences historiques » ; Berthelot, « La Science idéale et la Science positive. Réponse de M. Berthelot ».  

14 Il met ces propos dans la bouche de Mademoiselle de Lespinasse qui rapporte un rêve de d’Alembert : « Suite indéfinie d’animalcules dans l’atome qui fermente, même suite indéfinie d’animalcules dans l’autre atome qu’on appelle la Terre. Qui sait les races d’animaux qui nous ont précédés ? qui sait les races d’animaux qui succéderont aux nôtres ? Tout change, tout passe, il n’y a que le tout qui reste. Le monde commence et finit sans cesse ; il est à chaque instant à son commencement et à sa fin ; il n’en a jamais eu d’autre, et n’en aura jamais d’autre. » (Oeuvres complètes de Diderot, Paris, Garnier Frères, 1875-1877. Tome II, par J. Assézat, p. 132.

15 Laurent Loty, « L’invention du transformisme par Rétif de la Bretonne (1781 & 1796) », paru dans Alliage, n° 70, juillet 2012, mis en ligne le 26 septembre 2012, p. 31-46.

16 Il s’agit plus précisément d’une traduction collective, réalisée par la Botanical Society of Lichfield, fondée par Erasmus Darwin et ses amis.

17 The Botanic Garden est publié en deux parties, la seconde paraît en fait la première en 1789, puis la première sort en 1791. The Botanic Garden, Part II: The Loves of the Plants, with Philosophical Notes (Lichfield, 1789); The Botanic Garden, Part I: The Economy of Vegetation (London, 1791). Les deux parties ont été publiées anonymement et ce n’est qu’en 1794 qu’Erasmus Darwin en reconnaîtra la paternité en se désignant sur la couverture de son ouvrage médical Zoonomia comme l’auteur de The Botanic Garden. Le livre connut une bonne réception en Angleterre et The Love of plants fut traduit en français en 1799.

18 Gradual progress of the formation of the earth, and of plants and animals”, Part I, 1791, p. 217.

19 “From thus meditating on the great similarity of the structure of the warm-blooded animals, and at the same time of the great changes they undergo both before and after their nativity; and by considering in how minute a portion of time many of the changes of animals above described have been produced; would it be too bold to imagine, that in the great length of time, since the earth began to exist, perhaps millions of ages before the commencement of the history of mankind, would it be too bold to imagine, that all warm-blooded animals have arisen from one living filament, which THE GREAT FIRST CAUSE endued with animality, with the power of acquiring new parts, attended with new propensities, directed by irritations, sensations, volitions, and associations; and thus possessing the faculty of continuing to improve by its own inherent activity, and of delivering down those improvements by generation to its posterity, world without end!"; ou "Shall we then say that the vegetable living filament was originally different from that of each tribe of animals above described? And that the productive living filament of each of those tribes was different originally from the other? Or, as the earth and ocean were probably peopled with vegetable productions long before the existence of animals...shall we conjecture that one and the same kind of living filament is and has been the cause of all organic life.” (Zoonomia or the laws of organic laws, édition américaine de 1809, Boston, Thomas & Andrews, I, p. 397 et 399).

20 Goethe, Versuch die Metamorphose der Pflanzen zu erklären..., Gotha, C. W. Ettinger, 1790.

21 D. King-Hele, Erasmus Darwin and the Romantic Poets, Palgrave Mac Millan, London, 1986, p. 183.

22 Voir note 17.

23 Essai sur la métamorphose des plantes, traduit de l’allemand sur l’édition originale de Gotha, 1790, par Frédéric de Gingins-Lassaraz, Genève, J. Barbezat. L’édition française ne paraît qu’en 1837 : Œuvres d’histoire naturelle de Goethe : comprenant divers mémoires d’anatomie comparée, de botanique et de géologie, traduits et annotés par Ch.-Fr. Martins, Paris, A. Cherbuliez.

24 Jean Petitot, Morphologie et esthétique, Paris, Maisonneuve et Larose, 2003, p. 120.

25 Horst Bredekamp dans Les coraux de Darwin, Paris, Les presses du réel, 2008, s’appuie sur le deuxième diagramme de l’évolution (1837), tiré du Notebook B. Les Carnets de Charles Darwin peuvent être consultés sur le site Internet Darwin on line.

26 Charles Darwin, The descent of man, and selection in relation to sex, London, John Murray 1871, 2 vol. La descendance de l’homme et la sélection sexuelle, première traduction française de J.-J. Moulinié, Paris, C. Reinwald, 1872, 2 vol. La seconde partie de l’ouvrage est entièrement consacrée à la « sélection sexuelle », chez les insectes, les animaux et les mammifères, et à leur sens de la beauté.

27 Quinet écrit à propos de l’histoire : « Tant qu’elle se présente isolée, sans connexion établie avec un point fixe, une vérité éternelle, dont elle est le développement externe, elle n’est qu’une collection de formes […] » (Introduction à sa traduction des Idées sur la philosophie de l’histoire de l’humanité, Paris, P. G. Levrault, 1927, I, p. 12-13).

28 Niklas Bender le montre à propos de trois auteurs, Flaubert, Zola et Theodor Fontane, dans son livre La Lutte des paradigmes, Rodopi, Amsterdam/New York, 2010.

29 Ce programme-cadre, dirigé par Gisèle Séginger, est porté par une équipe internationale (France, Allemagne, Suisse, Japon, Canada, États-Unis) : http://www.fmsh.fr/fr/c/1317 (consulté le 20 novembre 2016).

30 « VIVANLIT – Penser le vivant : les échanges entre littérature et sciences de la vie (de la fin du XVIIIe siècle à l’époque contemporaine) » est le programme d’un réseau basé à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme de Paris et dirigé par Christine Maillard (MISHA, Strasbourg) et Gisèle Séginger (UPEM/FMSH/IUF), qui fédère des équipes et des chercheurs provenant de sept Maisons des Sciences de l’Homme, d’un laboratoire d’histoire des sciences et de deux laboratoires de biologie : Fondation Maison des Sciences de l’Homme de Paris (FMSH), Maison des Sciences de l’Homme-Alsace (MISHA), Maison des Sciences de l’Homme-Lorraine, Maison des Sciences de l’Homme et de l’Environnement-Claude Nicolas Ledoux (MSHE de Besançon), Maison des Sciences de l’Homme de Dijon, Maison des sciences de l’Homme et de la Société (MSH de Poitiers), Maison des Sciences de l’Homme et de la Société-Toulouse (MSHS-T), Institut de Recherches Interdisciplinaires sur les Sciences et la Technologie (IRIST), université de Strasbourg, UMR GMGM (Génétique moléculaire, génétique, microbiologie), université de Strasbourg, Institut Jacques Monod de Paris. http://www.fmsh.fr/fr/c/4343 (consulté le 20 novembre 2016).

31 BIOLOGRAPHES – Création littéraire et savoirs biologiques au xixe siècle est un programme franco-allemand qui réunit des collègues littéraires et historiens des sciences provenant d’université allemandes, françaises et suisses, du Centre Koyré, et des conseillers du Japon et du Canada : http://biolog.hypotheses.org/ (consulté le 20 novembre 2016).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gisèle Séginger, « Introduction », Arts et Savoirs [En ligne], 7 | 2016, mis en ligne le , consulté le 27 juin 2017. URL : http://aes.revues.org/866

Haut de page

Auteur

Gisèle Séginger

LISAA – Université Paris-Est Marne-la-Vallée, Fondation Maison des Sciences de l’Homme de Paris, Institut Universitaire de France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Centre de recherche LISAA (Littératures SAvoirs et Arts)

Haut de page
  • Logo Laboratoire LIttératures SAvoirs et Arts (LISAA)
  • Les cahiers de Revues.org