Skip to navigation – Site map

Flaubert, les sciences de la nature et de la vie

Flaubert. Revue critique et génétique
N° 13 – 2015

Lien vers la revue : http://flaubert.revues.org/2406

Présentation

Dès 1837, Une leçon d’histoire naturelle. Genre commis manifeste l’intérêt de Flaubert pour les sciences de la nature, et il cite Pline et Cuvier. Sans doute est-il déjà sensible à la mode des Physiologies qui se multiplient dans les années 1830, d’autant plus que Balzac avait lui-même pratiqué ce genre. Toutefois, dans la réflexion et l’œuvre de Flaubert la grande période des sciences de la nature débute plus tard. Dans les derniers chapitres de L’Éducation sentimentale  de 1845 se forme un idéal d’impersonnalité et d’indépendance par rapport aux préjugés dont les sciences naturelles semblent alors fournir le modèle : « La science ne reconnaît pas de monstre, elle ne maudit aucune créature, et elle étudie avec autant d’amour les vertèbres du serpent boa et les miasmes des volcans que le larynx des rossignols et que la corolle des roses. » Dans les réflexions esthétiques de la Correspondance des années 1850, Flaubert cite Cuvier, Geoffroy Saint-Hilaire, Buffon tandis qu’il rédige Madame Bovary en relisant du Balzac, et en réfléchissant sur ce que doivent être désormais le roman moderne et la prose. Ce sont aussi des années d’intenses discussions et de collaboration croisée avec Louis Bouilhet qui écrit son grand poème « Les Fossiles » (1854). Non seulement Flaubert a fait tout au long de sa vie de nombreuses lectures dans le domaine des sciences de la nature (plus nombreuses encore dans la période de Bouvard et Pécuchet) – lectures dont on trouve les traces dans la Correspondance, dans les Carnets de travail, les dossiers documentaires, et les manuscrits des œuvres –, mais il rencontre aussi de nombreux scientifiques. Sa famille est liée à la famille Pouchet, dont le père est le fondateur du Muséum d’histoire naturelle de Rouen et l’adversaire de Pasteur, et le fils, naturaliste également, l’informateur de Flaubert (et de Zola) sur les questions qui touchent aux sciences de la nature et de la vie. À partir de 1862, il fréquente aux dîners Magny Berthelot (intéressé par la biochimie), Claude Bernard et Charles Robin (les fondateurs de la Société de Biologie), ainsi que Renan.   

Les sciences naturelles sont impliquées dans l’évolution esthétique de Flaubert, dans sa formation intellectuelle, et dans la rédaction des œuvres soit parce qu’elles fournissent des représentations, des interrogations, ou une perspective épistémologique qui oriente la structuration de la fiction. Garantes jusqu’à un certain point d’une nouvelle méthode de travail et d’observation, de la réinvention d’une forme romanesque après Balzac (dont l’œuvre trop idéologique agace parfois Flaubert), et contre un certain romantisme, les sciences de la nature et de la vie donnent aussi accès à un imaginaire du savoir qui fascine Flaubert. Ce numéro de la revue Flaubert de l’Institut des Textes et Manuscrits Modernes (CNRS) rend compte de l’ambiguïté du recours aux sciences naturelles qui alimentent parfois le rêve, l’hallucination et contribuent à l’élaboration de représentations étranges voire fantastiques. Ambiguïté aussi parce que les savoirs utilisés sont éventuellement des savoirs archaïques, en décalage avec la science de l’époque, ou inversement parce que les représentations élaborées dans une fiction située dans le passé (l’antiquité par exemple) et à partir d’images et d’idées anciennes peuvent être infléchies vers des questionnements modernes. Les contributions permettent de mieux connaître le contexte épistémologique dans lequel Flaubert travaillait (et son entourage scientifique), ses lectures, l’impact esthétique et épistémologique des savoirs utilisés, leur retraitement fictionnel, la présence implicite ou explicite des savoirs dans les textes, ce qui motive leur utilisation, les effets produits, esthétiques, épistémologiques, idéologiques ou religieux.

Sommaire

Gisèle Séginger, Introduction

Maryline Coquidé, « Pouchet, professeur de sciences naturelles de Flaubert »

Bénédicte Percheron, « Gustave Flaubert, les naturalistes rouennais et les théories biologiques de 1865 à 1880 »

Norioki Sugaya, « Classer la vie : la taxinomie aux prises avec le corps dans le dossier médical de Bouvard et Pécuchet »

Niklas Bender, « Des expériences comiques : l’esprit scientifique et la médecine dans Bouvard et Pécuchet »

Juliette Azoulai, « De la rage métaphysique au calme scientifique : religion et sciences naturelles chez Flaubert » 

Judith Wulf, « Décompositions fécondantes : la chimie organique et les savoirs du vivant chez Flaubert »

Florence Vatan, « Le vivant, l’informe et le dégoût : Baudelaire, Flaubert et l’art de la (dé)composition »

Gisèle Séginger, « Éléments pour une biocritique ».

  • Logo Laboratoire LIttératures SAvoirs et Arts (LISAA)
  • Les cahiers de Revues.org