Navigation – Plan du site

Que ne se sont-ils compris !

Benveniste, Lacan, Culioli
Dominique Ducard

Texte intégral

Lacan et Benveniste

  • 1 Jacques Lacan, Séminaire livre XX, Encore (séance du 19 décembre 1972), Paris, Éditions du Seuil, 1 (...)
  • 2 Jacques Lacan, Autres écrits, Paris, Éditions du Seuil, 2001, p. 313-315.
  • 3 Sigmund Freud, Essais de psychanalyse appliquée, traduit par Marie Bonaparte, Paris, Gallimard, 197 (...)
  • 4 Émile Benveniste, Problèmes de linguistique générale 1, Paris, Gallimard, 1966, p. 75-87.
  • 5 Dominique Ducard, À la recherche du mot : de la langue au discours, sous la direction de Claude Gru (...)
  • 6 On pourra lire Jean-Claude Milner (Le périple structural, Paris, Éditions du Seuil, 2002, p. 65-85) (...)

1« Un jour je me suis aperçu qu’il était difficile de ne pas entrer dans la linguistique à partir du moment où l’inconscient était découvert », déclare Lacan en 19721. En 1975 dans un court texte intitulé « Peut-être à Vincennes… »2, il appelle de ses vœux l’enseignement des sciences connexes à la psychanalyse, et en premier lieu la linguistique, pas seulement parce que les études de Jakobson justifient, explique-t-il, ses positions, mais parce que l’objet en est, selon lui, ce qu’il nomme lalangue, par la convergence d’une grammaire formelle qui en articule les éléments et de l’équivoque qui l’anime. La linguistique devait ainsi, comme d’autres sciences, trouver à se renouveler au contact de la psychanalyse. C’est ainsi qu’après Saussure et Jakobson, Lacan s’est tourné vers Benveniste, « le plus grand [linguiste] qui fût parmi les français », en lui demandant une contribution sur cette intrigante question des mots à sens antithétique que Freud avait soulevée dans son compte rendu de l’article du philologue Karl Abel sur les mots primitifs3. Cette contribution a pris la forme d’un article intitulé « Remarques sur la fonction du langage dans la découverte freudienne », en 1956, dans le premier numéro de la revue La Psychanalyse4. Je ne reprendrai pas, pour m’y être intéressé dans un autre article5, la question des rapports entre Lacan lecteur de Freud lecteur d’Abel et la façon dont Benveniste va réfuter la thèse des mots antithétiques, en affirmant le caractère systématique de l’organisation d’une langue, qui a son ordre propre6, et en renvoyant au mythe, à la création poétique et à la composante stylistique et rhétorique du discours, pour y trouver des liens de motivation entre formes d’expression, subjectivité et « symbolique de l’inconscient ».

  • 7 Voir Jacques Lacan, Radiophonie (1970), repris dans Lacan, Autres écrits, op. cit., p. 403-447.
  • 8 Jacques Lacan, ibid., p. 111.
  • 9 Publié sous le titre « Subversion du sujet et dialectique du désir dans l’inconscient freudien », i (...)

2Lacan dira par la suite avoir alors éprouvé la « carence du linguiste » qui, à se parer du discours universitaire et à faire du sujet le maître de son dire, ne peut que manquer « l’effet de cristal » de « lalangue »7 et la division « de ce qu’il [le sujet] énonce à ce qu’il pose comme l’énonçant. »8 Le sujet de l’énonciation, pour Lacan, n’est ainsi pas l’ego indexé à un « appareil formel de l’énonciation ». Il insistera sur cette distinction, à propos notamment du ne explétif. C’est ainsi qu’en 1960, lors de sa communication au colloque philosophique de Royaumont9, il pose la question du sujet tel qu’il doit être conçu à partir du moment où l’inconscient est structuré par le langage. Partant de la définition linguistique du Je comme signifiant « où il n’est rien que le shifter ou indicatif qui dans le sujet de l’énoncé désigne le sujet en tant qu’il parle actuellement », il enchaîne en déclarant « C’est dire qu’il désigne le sujet de l’énonciation, mais qu’il ne le signifie pas. » Le signifiant du sujet de l’énonciation peut différer du Je ou d’autres marques de personnes, tout comme il peut manquer dans l’énoncé.

  • 10 Jacques Lacan, ibid., p. 159.

Nous pensons par exemple avoir reconnu le sujet de l’énonciation dans le signifiant qu’est le ne dit par les grammairiens explétif, terme où s’annonce déjà l’opinion incroyable de tels parmi les meilleurs qui en tiennent la forme pour livrée au caprice. Puisse la charge que nous lui donnons, les faire s’y reprendre, avant qu’il ne soit avéré qu’ils n’y comprennent rien (retirez ce ne-ci, mon énonciation perd sa valeur d’attaque, Je m’élidant dans l’impersonnel). Mais je crains ainsi qu’ils n’en viennent à me honnir (glissez sur cet n’ et son absence ramenant la crainte alléguée de l’avis de ma répugnance à une assertion timide, réduit l’accent de mon énonciation à me situer dans l’énoncé).10

  • 11 Jacques Lacan, ibid., p. 159-160.

3Le sujet freudien de l’énonciation est à chercher dans « la place de l’inter-dit, qu’est l’intra-dit d’un entre-deux sujets »11.

Rappel linguistique

  • 12 Voir, pour ces références, Claude Muller, La négation en français, Genève, Éditions Droz, 1991, p.  (...)

4« Particule prohibitive » selon d’Olivet (1783), le ne en question a pu être qualifié par les grammairiens de « pléonastique » (Martin, 1927), de « redondant » (Stauf, 1927) ou d’« abusif » (Vendryes, 1950). De nombreuses études lui ont été consacrées, depuis l’article « Négation » de Beauzée dans l’Encyclopédie Méthodique jusqu’aux analyses de Damourette et Pichon ou de Guillaume, souvent citées, et révisées par Robert Martin12. L’inventaire des contextes d’emploi du ne explétif comprend des verbes à valeur d’appréhension, ou les noms correspondants (avoir peur, appréhender, craindre, redouter, risquer, trembler), d’empêchement (empêcher, éviter, ne pouvoir faire (en sorte) que, prendre garde,…) ou d’échec ou d’évitement (s’en falloir de peu/de beaucoup), des verbes à valeur négative, avec une négation portant sur le verbe (nier, douter, contester, disconvenir, dissimuler, méconnaître,…), des connecteurs de restriction ou de limitation (à moins que, avant que, sans que), des comparatifs d’inégalité (avec mieux, meilleur, pire, moindre, autre, ou autrement, plus, moins, plutôt). Chaque forme doit faire l’objet d’une analyse spécifique, mais nous retiendrons de tous ces emplois la construction de la complétive au subjonctif, hors les comparatives, qui réfère à un état de chose envisagé ou imaginé, et une relation d’un certain type d’altérité, disons de contrariété.

  • 13 Jacques Damourette et Édouard Pichon, Des mots à la pensée, Essai de grammaire de la langue françai (...)
  • 14 Jacques Damourette et Édouard Pichon, ibid., p. 132.
  • 15 Jacques Damourette et Édouard Pichon, ibid., p. 140.

5Cette relation fonde la célèbre étude de Damourette et Pichon, dans leur grammaire du français – « miroir des phénomènes inconscients », où le ne marque une discordance. Il en est ainsi dans les comparatifs d’inégalité, avec « une discordance entre la qualité envisagée et l’étalon (échantillon) auquel on la rapporte. »13 De même, à propos des verbes de crainte et de leurs compléments : « Dans la crainte, il y a discordance entre le désir du sujet de la principale et la possibilité qu’il envisage. »14 Le second élément de la séquence négative discontinue est, quant à lui, désigné par le terme de forclusif, marquant le rejet hors du réel de ce sur quoi il porte. Damourette et Pichon évoquent, par analogie avec la description qui en est faite dans les études de la pathologie mentale, un « désir de scotomisation », à propos, il faut le préciser, du repentir, qui « est le désir qu’une chose passée, donc irréparable, n’ait jamais existé. »15

  • 16 Voir Robert Martin, « Le ne dit explétif et les univers de croyance », in Langage et croyance. Les (...)
  • 17 Olga Inkova s’appuie sur la théorisation de R. Martin pour rendre compte de l’emploi d’un ne explét (...)

6Robert Martin a revu la notion de discordance selon sa théorie des univers de croyance et a reformulé l’hypothèse, avec une approche logico-sémantique, dans les termes suivants : le ne explétif est le signe d’une contradiction entre le monde où p est évoqué – où p est vrai – et un monde alternatif – où p est faux ; et ce monde alternatif est un monde possible dans une image d’univers.16 Il pense ainsi pouvoir compléter l’idée guillaumienne d’une saisie précoce de la négation, où p est vrai dans un monde factuel, possible ou contrefactuel et faux dans le monde alternatif d’une image d’univers, alors que p est faux dans le monde réel et vrai dans un monde contrefactuel lors de la saisie tardive, avec le ne pleinement négatif.17

Retour à Lacan

  • 18 Jacques Lacan, L’Identification, Séminaire 1961-1962, non publié. Nous nous référons à la version p (...)
  • 19 Jacques Lacan, L’Identification, Séminaire 1961-1962, op. cit., p. 109.

7Lacan est revenu à plusieurs reprises sur la négation et sur la valeur du ne, pour en saisir les « effets de sens », soit ce qui est connoté de la position du sujet. Il consacre notamment une séance de son séminaire sur l’identification à ce problème en empruntant « les chemins d’une enquête linguistique », à partir d’« une simple expérience de son usage, de son emploi [du ne] ».18 Lacan se base sur l’étude de Damourette et Pichon et sur la distinction entre une « signification discordantielle » et une « signification exclusive », avec certaines réserves, car il refuse le caractère radical de cette partition : « Phénoménologiquement elle [la distinction] repose sur l’idée, pour nous inadmissible, qu’on puisse en quelque sorte fragmenter les mouvements de la pensée. »19 Il rappelle que le ne explétif a retenu son attention car il montre « quelque chose comme la trace du sujet de l’inconscient » ; il reprend le je crains qu’il ne vienne, et pointe l’ambivalence, au sens psychanalytique, qui peut s’y révéler. Il se démarque à nouveau de Benveniste, auquel il renvoie sans le nommer dans le passage suivant, qui explicite sa position :

  • 20 Jacques Lacan, ibid., p. 108.

Je crains qu’il ne vienne, ce n’est pas tant exprimer l’ambiguïté de nos sentiments que, par cette surcharge, montrer combien, dans un certain type de relation, est capable de ressurgir, d’émerger, de se reproduire, de se marquer en une béance cette distinction du sujet de l’énonciation en tant que tel, par rapport au sujet de l’énoncé, même s’il n’est pas présent au niveau de l’énoncé d’une façon qui le désigne. Je crains qu’il ne vienne, c’est un tiers, ce serait, s’il était dit je crains que je ne fasse, ce qui ne se dit guère, encore que ce soit concevable, qui serait au niveau de l’énoncé. Pourtant ceci importe peu qu’il soit désignable, vous voyez d’ailleurs que je peux l’y faire entrer, au niveau de l’énoncé, et un sujet, masqué ou pas au niveau de l’énonciation, représenté ou non, nous amène à nous poser la question de la fonction du sujet, de sa forme, de ce qui le supporte, et à ne pas nous tromper, à ne pas croire que c’est simplement le je [shifter] qui, dans la formulation de l’énoncé, le désigne comme celui qui, dans l’instant qui définit le présent, porte la parole.20

8Il semble que Lacan fasse ici une confusion en assimilant la complétive et l’objet de la représentation de la crainte – le dictum selon Bally – à l’énoncé. Reste l’idée que le sujet de l’énonciation peut se loger là où il n’est pas représenté comme instance présente du discours, au sens de Benveniste.

9Il poursuit avec une appréciation, à côté de j’sais pas (ch’sais pas), du je ne sais, qui « exprime l’oscillation, l’hésitation, voire le doute », et qui est aussi celui des « aveux voilés » sur la scène du théâtre de Marivaux. Mais il s’agit là d’un autre emploi du ne négatif sans forclusif. Si Lacan retient l’idée d’un « double versant », il ne le présente pas comme une opposition mais comme une accentuation de ce qu’il nomme « la significantisation subjective », la fonction du ne étant de ramener le sujet vers « la nuance énonciative », ce que nous pouvons comprendre, dans les termes de la théorie de Culioli, comme une pondération des valeurs. Lacan donne d’autres exemples de ne, support signifiant de la subjectivité, en notant que chaque emploi fait surgir de nouvelles questions, « depuis le je crains qu’il ne vienne jusqu’au plus petit que je ne le croyais, ou encore il y a longtemps que je ne l’ai vu », en faisant remarquer de ce dernier, équivalent à il y a longtemps que je ne l’ai pas vu, qu’il ne peut se dire d’un mort ou d’un disparu et « suppose que la prochaine rencontre est toujours possible. »

Du côté de Culioli

  • 21 « Peut-être à Vincennes… » (Ornicar, 1975), Jacques Lacan, Autres Écrits, op. cit., p. 314.
  • 22 Entretien entre Antoine Culioli et Dominique Ducard, 2010, communication privée.

10La linguistique des opérations énonciatives d’Antoine Culioli, qui est une théorisation de l’activité signifiante des sujets parlants à travers l’étude des langues, des textes et des situations, peut-elle répondre aux attentes déçues de Lacan ? Antoine Culioli a pointé, dans sa lecture critique de Benveniste, « les curieuses dérives d’une pensée si subtile et si novatrice », en signalant notamment à la lecture de l’article sur l’appareil formel de l’énonciation, à propos de la bipartition entre les formes de la langue et l’énonciation, la distinction qui est faite entre « la négation comme opération logique […] indépendante de l’énonciation », dont la forme est ne…pas, et la « particule assertive non », qui, comme oui, est de l’ordre de l’énonciation. Incompréhensible restriction de l’énonciation à l’interlocution, autant pour le linguiste du sujet énonciateur que pour le psychanalyste du sujet de désir. À Lacan qui lance un défi aux linguistes en disant : « J’insiste à désigner de vraie une linguistique qui prendrait la langue plus “sérieusement” […] »21 semble donc répondre Culioli quand il rappelle que « Lacan s'est assez moqué des linguistes à propos du ne explétif pour qu’effectivement on prenne au sérieux ces problèmes. »22

  • 23 Otto Jespersen, La philosophie de la grammaire, Paris, Éditions de Minuit, 1974, p. 479. Jespersen (...)
  • 24 Voir Sigmund Freud, « La négation » (1925), in Résultats, idées, problèmes II, traduit par Jean Lap (...)
  • 25 J’ai exposé et développé cette étude dans une communication lors du colloque de Cerisy-la-Salle sur (...)

11Antoine Culioli distingue tout en les rapportant l’une à l’autre, une opération construite de négation, dont les marqueurs linguistiques varient d’une langue à l’autre, et une opération primitive de négation, d’où les formes textuelles dérivent tout en relevant de l’ordre autonome du langage. La conduite humaine de négativation, si nous retenons ce terme, suggéré par une occurrence de néga(tiva)tion dans un article de Culioli, également présent chez Guillaume, se manifeste par le constat d’une absence ou d’un manque, d’un vide, ou par des attitudes de refus, d’évitement ou de rejet. Sans aller jusqu’à dire, avec Otto Jespersen, que la forme du français ne, issue du latin, que l’on fait remonter à l’indo-européen, est à l’origine, « une interjection exprimant le dégoût et produite essentiellement par le mouvement facial qui consiste à contracter les muscles du nez »23, selon une motivation de type mimophonétique, nous pouvons nous appuyer sur des énoncés enfantins élémentaires comme « a p(l)us », « fini », « pa(r)ti papa / maman / bébé », « veux pas », « encore », pour rappeler les mouvements, en premier lieu corporels (mimo-posturo-gestuels), qui sous-tendent l’activité symbolique de représentation. Nous pouvons aussi, à propos de la genèse de la négativation, renvoyer au texte de Freud sur la (dé)négation (Verneinung), qui ramène la formation du moi dans son opposition au non-moi à un double processus de différenciation, par la constitution d’un jugement d’attribution par projection à l’extérieur du mauvais, selon le fonctionnement du moi-plaisir originel, et d’un jugement d’existence par la confrontation, dans l’épreuve de réalité, des représentations internes à la perception externe, plus précisément au souvenir d'une perception.24 Je renverrai également à l’observation de Freud du jeu de l’enfant à la bobine et à son interprétation, reprises et commentées par de nombreux auteurs, le jeu du Fort/Da (loin, va-t’en / ici, là, voici, voilà), présenté par Lacan comme une démonstration exemplaire, avec d’autres jeux d’apparition-disparition, de l’accès à la fonction symbolique par une opération de substitution signifiante.25

  • 26 Antoine Culioli, « Existe-t-il une unité de la négation ? », Pour une linguistique de l’énonciation (...)

12Revenons à Culioli, qui déclare : « En ce sens, nous pouvons, sans craindre l’incohérence, affirmer à la fois que l’opération de négation est primitive et que, par complexification, se développe une négation construite à partir d’opérations telles que parcours, coupure, différenciation, inversion du gradient, sortie hors du validable. »26 Avec cette citation, nous avons introduit des opérations énonciatives, avec des termes métalinguistiques propres à un système de représentation avec lequel il convient d’être familiarisé pour suivre le raisonnement. Il suffira ici d’exposer sommairement quelques-unes de ces notions théoriques pour suivre mon propos. À commencer par la notion de notion, qui renvoie à la représentation mentale exprimable dans un complexe de signification linguistique, liée à la fois à des contraintes du monde physique, à des normes culturelles et à un imaginaire subjectif, selon l’expérience et la praxis des individus. Prenons la notion de <saugrenu> et son occurrence dans l’échange suivant, à plusieurs voix :

– C’est une idée saugrenue.
– Oui, vraiment, on peut dire que c’est saugrenu.
– Moi, je ne trouve pas, enfin pas tant que ça, ce n’est pas si absurde ; bon je ne dirai pas que ² c’est subtil.
– Ah bon et c’est quoi une idée saugrenue pour toi ?
– En tout cas, pour moi, ce n’est pas saugrenu, pas du tout, c’est même très sensé.
– Tu rigoles ou quoi, tu te moques de moi ! Et pourquoi pas génial !

  • 27 Nous avons exposé cette conception du dialogue limité à l’espace de validation, domaine du discutab (...)

13Si l’on conçoit l’espace abstrait des positions occupées par les locuteurs-énonciateurs dans cette discussion, on voit qu’il y a un déplacement d’une zone à l’autre, par différenciation-altération, selon la représentation construite dans le discours de la notion <être-saugrenu> prédiquée à la notion <idée>, déclenchée par une occurrence de la notion référée à la situation et dont avons un frayage avec c’est. Ce zonage nous fait passer, dans l’espace qui constitue le domaine notionnel, d’un Intérieur I (ce qui est le cas) à un Extérieur E (ce qui n’est pas le cas), avec une zone intermédiaire ou Frontière. Je n’irai pas plus loin dans les explications, il faut seulement ici comprendre que l’opération de négativation consiste en un changement de zone, de I à E, par l’annulation de la valeur positive, qui est première, même quand elle n’est pas énoncée, ou par son altération, faible ou forte. Le zonage suppose soit une contre-orientation à partir de I, soit de se tenir en IE, comme dans la question, dans une position d’attente, de suspension ou d’indifférence, et d’envisager ou d’imaginer les valeurs possibles pour s’engager en E. La relation <p, p’>/p/p’ est ordonnée. Cet extérieur correspond ainsi, en relation avec la valeur <saugrenu>, dans la relation prédicative <idée-être-saugrenu>, à la valeur autre-que-p ou vide-de-p, qui en est le complémentaire. Le domaine notionnel est le domaine de validation de la notion dans l’assertion, par assignation d’une valeur référentielle, c’est-à-dire une valeur référée à un espace-temps et à une relation intersubjective : <être-le-cas>, <être-vide-de> ou <être-autre-que> situé. L’espace est alors l’espace énonciatif, avec des positions prises par le sujet-origine, qui s’engage et s’investit, et des positions assignées à l’autre, le co-énonciateur. Certaines formes d’intensité font sortir les énonciateurs de l’espace de l’échange et du discutable, avec, par exemple, le rejet ou la disqualification : Tu rigoles ou quoi, tu te moques de moi ! Et pourquoi pas génial !27

  • 28 Antoine Culioli, « La négation : marqueurs et opérations », Pour une linguistique de l’énonciation. (...)
  • 29 Mots hérités du latin auxquels on peut ajouter les créations dites populaires : « ne prisier une am (...)
  • 30 Voir Claude Muller, op cit., p. 220.
  • 31 Antoine Culioli, « Existe-t-il une unité de la négation ? », op. cit., p. 72.

14Je renvoie, pour une vue moins exagérément simplifiée de cette théorisation de phénomènes complexes, aux articles de Culioli, plus particulièrement, pour ce qui nous occupe, ceux sur la négation28, à laquelle je reviens plus précisément pour aborder, dans ce cadre, le ne explétif. La séquence ne…pas en français, pour nous restreindre à cette construction, est composée du marqueur d’inversion ne, complété par l’adverbe pas, que l’on considère, dans les grammaires, comme un auxiliaire de la négation. Quand l’un des interlocuteurs de notre petit dialogue dit, à la suite de l’énoncé C’est une idée saugrenue, En tout cas, pour moi, ce n’est pas saugrenu, pas du tout, c’est même très sensé, il fait le trajet de I à E en assertant une valeur vide-de-p, avec un renforcement, avant d’introduire une différenciation. Le pas, qui historiquement provient d’un nom positif, comme mie, point, goutte29, et que Claude Muller appelle quantifieur minimal virtuel, est combiné avec l’opérateur de négation pour obtenir, selon ce dernier, « la vacuité de l’argument du prédicat »30, par annulation de la quantité minime. Dans les termes de la théorie des opérations énonciatives, pas « marque l’occurrence imaginaire minimale qui, dans un parcours, signale qu’au-delà, on est à l’Extérieur »31. L’énonciateur est alors positionné en IE, envisageant les degrés possibles du prédicat, dont pas est l’unité de mesure minimale, qui est ramenée à la nullité avec la négation. La syntaxe de la négation avec ne…pas garderait la trace de cette annulation avec un passage d’un pas positif à un pas négatif par l’inversion.

15Lacan est sensible à ce glissement du pas sous la charge du ne, se démarquant de Damourette et Pichon, contre l’idée d’un pas « qui, tout brutalement, connote le pur et simple fait de la privation. » Et il en trouve l’une des raisons dans la genèse historique des formes :

  • 32 Jacques Lacan, L’Identification, Séminaire 1961-1962, op. cit., p. 111.

Originellement, je n’y vais pas peut s’accentuer par une virgule, je n’y vais, pas un seul pas, si je puis dire. Je n’y vois point, même pas d’un point, je n’y trouve goutte, il n’en reste mie, il s’agit bien de quelque chose qui loin d’être dans son origine la connotation d’un trou d’absence, exprime bien au contraire la réduction, la disparition sans doute, mais non achevée, laissant derrière elle le sillage du trait le plus petit, le plus évanouissant.32

16Culioli a analysé un certain nombre d’emplois du ne seul, dans des constructions variées, avec ce système de représentation de chemins d’accès à I et à E, dont l’incontournable je crains qu’il ne vienne, à côté de je crains qu’il ne vienne pas. Le prédicat craindre porte une valuation subjective sur un cas possible, le validable, qui est de l’ordre du fictif. La relation prédicative <lui-venir> ou <lui-pas venir>, introduite par le qu- et avec le verbe au mode subjonctif est une représentation imaginaire que le sujet pose comme pouvant effectivement advenir et qu’il estime défavorable (mauvais chemin). Avec la forme négative, le sujet envisage que la venue n’est pas le cas, passant ainsi de I à E, chemin contraire à ce qu’il souhaite, qui conduit à I ; avec la forme positive je crains qu’il (ne) vienne, le sujet envisage que la venue est le cas et se situe en I, et ce qu’il souhaite conduit de I à E. Je n’ai pas tout à fait suivi, dans ce raccourci, la démonstration de Culioli et citerai un paragraphe dans lequel il résume les opérations en jeu :

  • 33 Antoine Culioli, « Existe-t-il une unité de la négation ? », op. cit., p. 73.

On rencontre une autre variété de transition complexe dans les schémas du type : Je crains qu’il ne vienne (pour ne prendre qu’un exemple français !). Ici encore, on construit une relation entre l’événement dont on craint qu’il ait lieu (ce qui risque d’être le cas) et l’événement que l’on souhaiterait voir se produire, mais dont on pense qu’il n’aura pas lieu (ce qui risque de ne pas être le cas). Ne marque l’orientation subjective (le souhait) de <lui-venir> à <lui-ne pas venir>.33

17La relation entre craindre et souhaiter sert, dans la plupart des analyses linguistiques, à rendre compte de cette superposition de valeurs et de cette double orientation. Dans sa thèse Claude Muller met en correspondance les constructions explétives avec une caractérisation lexicale en négation inverse, notée X = Y (NEG), où X est paraphrasable par Y (NEG), comme dans les exemples suivants : nier = affirmer que ne pas, éviter = faire en sorte que ne pas. Le ne précédant les éléments commandés par des opérateurs du type X, dans les constructions explétives, rappellent le trait sémantique négatif qu’ils contiennent et que la paraphrase restitue. Muller passe en revue, sur cette base, un certain nombre de formes entraînant ne : verbes du type d’empêcher, prendre garde que, sans que, les verbes de négation en contexte négatif (nier, douter, exclure), et les verbes de crainte. Nous aurons donc craindre P = souhaiter que ne pas P, mais il ajoute qu’il y a plutôt implication d’un souhait que paraphrase, suivant alors Guillaume qui parle de la possibilité que à la place du souhait que. Il prolonge ce point de vue en montrant, par comparaison avec espérer (qui n’est pas souhaiter), que c’est la crainte « associée à une proposition non avérée » qui est à prendre en compte : craindre que P n’étant pas paraphrasable en espérer que ne pas P. Le rapprochement avec risquer ou le risque que/de souligne la probabilité de P, jugé normal ou satisfaisant, soit la conclusion suivante : « craindre que P, ce n’est pas croire que P (arrivera), c’est alors douter de la non réalisation de P» La caractérisation devient alors craindre que P = douter que NEG P.

18Nous pouvons reconnaître, dans cette explication, les éléments dont Culioli rend compte, mais le raisonnement reste pris dans le sémantisme des prédicats, sans explicitation, et il doit être dépassé par un effort d’abstraction pour tenter d’appréhender le sens capté dans les formes linguistiques.

  • 34 Antoine Culioli, « Heureusement ! », Saberes no Tempo. Homenagem a Maria Henriqueta Costa Campos, L (...)

19Il y a par ailleurs une certaine confusion entre les niveaux de représentation. La mise en relation de la crainte et du souhait, qui en serait l’inverse, n’est acceptable qu’au niveau métalinguistique. Si je dis je souhaite qu’il renonce à cette idée saugrenue, je ne dis pas que je ne crains nullement qu’il renonce à cette idée saugrenue, pas plus qu’en disant je crains qu’il ne persiste dans cette voie je puisse vouloir dire exactement la même chose que je ne souhaite pas qu’il persiste dans cette voie, tout comme, énonciativement, je crains qu’il ne s’y tienne n’est pas équivalent à je souhaite qu’il ne s’y tienne pas. La crainte n’est pas un souhait négatif ou à l’envers. Le sujet n’y est pas dans la même relation à la temporalité (le cours des choses, le monde comme il va). Dans le souhait il y a un engagement téléonomique de l’énonciateur qui anticipe un état de fait favorable, qui peut aller, comme dans les contes, jusqu’à la croyance en l’efficacité de la formulation, même s’il est parfois nécessaire d’invoquer une force tierce : « Bonne marraine, faites que mon vœu soit exaucé ! ». L’investissement affectif peut être accentué : je souhaite vivement, de tout mon cœur,… Dans la crainte le sujet est en attente d’un état de fait à venir défavorable. On dira difficilement *je crains vivement, de tout mon cœur… mais l’on pourra avoir je crains fort… (il faudrait expliquer pourquoi), on connaît ça craint, ça souhaite est décalé, sauf pour un lacanien. On peut penser, quand le cours des choses est allé dans le bon sens, que le souhait a été entendu et satisfait, mais une crainte ne peut être que vérifiée : confirmée ou infirmée. Pour revenir à des considérations plus linguistiques, avec souhaiter que P, il y a co-orientation entre l’affect du sujet et la représentation du cas envisagé ; avec craindre que P, il y a contre-orientation. Ce qui peut être rapporté à la forme exclamative heureusement qu’il a renoncé à son idée !, alors que *malheureusement qu’il a renoncé à son idée ! est impossible. Je renvoie ici à l’article de Culioli sur « Heureusement ! »34

20Les analyses convergent vers l’idée que le ne, avec craindre, implique deux mouvements contraires. Je reprendrai l’explication autrement, en recourant aux catégories empruntées à la théorie des opérations énonciatives, et en les maniant à ma façon. Ce qui est l’objet de la crainte est du fictivement effectif et affectivement défavorable (ce qui est pressenti et attendu et qui va dans le mauvais sens). Le sujet-énonciateur est dans une double position : engagé dans un possible qu’il pense comme étant le cas à venir, tout en imaginant un autre possible, affectivement favorable mais effectivement fictif. Il y a sélection d’une valeur, sans effacer l’autre et avec pondération subjective sur le positif ou le négatif. Le ne marque la relation orientée entre les deux et conduit la négation à son terme en stabilisant la valeur, dans la forme négative pleine. Ce que je représenterai par les deux schémas suivants, la flèche en gras correspond à ce qui est envisagé comme effectif (validable) et défavorable au sujet et la flèche en maigre à ce qui est imaginé comme fictif et favorable au sujet (valable) :

21Si l’on admet ce raisonnement, qui conjoint des remarques formelles à des considérations phénoménologiques, nous pouvons comprendre que l’inverseur qu’est le ne de négativation, dans un certain contexte, est un marqueur d’opérations et de représentations qui supporte, comme le dit Lacan, un « double versant » et qu’il peut, en tant que tel, être la trace d’une ambivalence affective chez le sujet de l’énonciation.

Pour finir

  • 35 Entretien publié dans la revue Ornicar n° 16 en 1978 : René Thom, « Entretien sur les catastrophes, (...)

22Le titre de mon article était une façon de mettre en avant ce qui sépare, dans la proximité, Benveniste, Lacan et Culioli. J’ai évoqué ce qu’il en était entre les deux premiers. Je pense que Lacan n’a pas lu Culioli, ou alors ce qu’il a pu en savoir devait lui paraître curieux au regard de la linguistique qu’il connaissait. Ils se sont rencontrés une fois, en 1978, lors d’un « Entretien sur les catastrophes, le langage, et la métaphysique extrême », où étaient discutées les thèses de René Thom, avec la participation de celui-ci et de Jacques Lacan, Antoine Culioli, Jean-Pierre Desclès, Jacques-Alain Miller, Jean-Claude Milner et Jean Petitot-Cocorda.35 Lacan est présent mais n’intervient pas dans la discussion, à une exception près, lorsque, suite à une remarque de Petitot sur l’absence de négation au niveau primaire, qui reprendrait une thèse de Freud, Culioli se tourne vers les psychanalystes pour avoir confirmation que, selon lui, Freud n’emploie pas l’expression de « niveau primaire » pour la négation, ce que Lacan assure à son tour. Au cours de cet échange, Culioli insiste sur le rôle fondamental de la négation dans l’activité symbolique de représentation : « La négation est justement une manière de construire de l’imaginaire ».

23La séquence que ne se sont-ils compris ! de notre titre introduit également un cas de ne dans un énoncé qui associe le fictif et l’affect. Le schéma interrogatif place le sujet à la pointe de la bifurcation, mais la forme de l’interrogation ne correspond pas à une question, avec recours à autrui, alors que l’inverseur ne nous fait passer d’un fictif affectivement positif (ils se sont compris) à un effectif affectivement négatif (ils ne sont pas compris). Le souhaitable qui ne s’est pas réalisé donne forme au regret.

Haut de page

Bibliographie

Benveniste, Émile, « Remarques sur la fonction du langage dans la découverte freudienne », Problèmes de linguistique générale 1, Paris, Gallimard, 1966, p. 75-87.

Benveniste, Émile, « L’appareil formel de l’énonciation », Problèmes de linguistique générale 2, Paris, Gallimard, 1974, p. 79-88.

Culioli, Antoine, « La négation : marqueurs et opérations », Pour une linguistique de l’énonciation. Opérations et représentations, Tome 1, Paris, Éditions Ophrys, HDL, 1990, p. 91-113.

Culioli, Antoine, « Formes schématiques et domaine », Pour une linguistique de l’énonciation. Opérations et représentations, Tome 1, Éditions Ophrys, HDL, 1999, p. 115-126.

Culioli, Antoine, « Existe-t-il une unité de la négation ? », Pour une linguistique de l’énonciation. Opérations et représentations, Tome 3, Paris, Éditions Ophrys, HDL, 1999, p. 67-98.

Culioli, Antoine, « Heureusement ! », Saberes no Tempo. Homenagem a Maria Henriqueta Costa Campos, Lisbonne, Éditions Colibri, 2001, p. 279-284.

Damourette, Jacques, et Pichon, Édouard, Des mots à la pensée, Essai de grammaire de la langue française, vol. I , Paris, Éditions d’Artrey, 1911-1925.

Danon-Boileau, Laurent, « Dénégation, négation et dialogisme », Le sujet de l’énonciation. Psychanalyse et linguistique, Paris, Éditions Ophrys, HDL, 1987, p. 37-54.

Ducard, Dominique, « Sens opposé, ambivalence, complémentarité : notes de lecture suivies d’une étude sémiolinguistique d’abandon », À la recherche du mot : de la langue au discours, sous la direction de Gruaz, Claude, Limoges, Éditions Lambert-Lucas, 2006, p. 67-82.

Ducard, Dominique, « A gênese do signo: o jogo do carretel e o gesto da faca », in Letras de Hoje, Porto Alegre, v. 44, n°1, 2009, p. 57-63.

Ducard, Dominique, « Dialogue entries and exits. The discursive space of discussion», Dialogue and Representation, John Benjamins. (à paraître).

Freud, Sigmund, « Du sens opposé dans les mots primitifs », Essais de psychanalyse appliquée, traduit par Marie Bonaparte, Paris, Gallimard, 1973, p. 59-67.

Freud, Sigmund, « La négation », Résultats, idées, problèmes II, traduit par Jean Laplanche et Jean-Bertrand Pontalis, Paris, P.U.F., 1985, p. 135-139.

Inkova, Olga, « La négation explétive : un regard d’ailleurs », in Cahiers Ferdinand de Saussure, Volume 59, Éditions Droz, Genève, 2007.

Jespersen, Otto, La philosophie de la grammaire, Paris, Éditions de Minuit, 1974.

Lacan, Jacques, « Subversion du sujet et dialectique du désir dans l’inconscient freudien », Écrits II, Paris, Points, Éditions du Seuil, 1971, p. 151-191.

Lacan, Jacques, Séminaire livre XX, Encore (séance du 19 décembre 1972), Paris, Éditions du Seuil, 1999.

Lacan, Jacques, Autres écrits, Paris, Seuil, 2001.

Lacan, Jacques, L’Identification, Séminaire 1961-1962, 2009 : http://sobrefulanos.blogspot.com/2009/12/seminaire-9-identification-lacan_29.html.

Martin, Robert, « Le ne dit explétif et les univers de croyance », Langage et croyance. Les univers de croyance dans la théorie sémantique, Bruxelles, Éditions Pierre Mardaga, 1987.

Milner, Jean-Claude, « Sens opposés et noms indiscernables : K. Abel comme refoulé d’E. Benveniste », Le périple structural, Paris, Éditions du Seuil, 2002, p. 65-85.

Muller, Claude, La négation en français, Genève, Éditions Droz, 1991.

Thom, René, « Entretien sur les catastrophes, le langage, et la métaphysique extrême », in Ornicar n°16, 1978, p. 73-109.

Spitz, René, Le Non et le Oui, Paris, P.U.F., 1962.

Haut de page

Notes

1 Jacques Lacan, Séminaire livre XX, Encore (séance du 19 décembre 1972), Paris, Éditions du Seuil, 1999, p. 151-191.

2 Jacques Lacan, Autres écrits, Paris, Éditions du Seuil, 2001, p. 313-315.

3 Sigmund Freud, Essais de psychanalyse appliquée, traduit par Marie Bonaparte, Paris, Gallimard, 1973, p. 59-67.

4 Émile Benveniste, Problèmes de linguistique générale 1, Paris, Gallimard, 1966, p. 75-87.

5 Dominique Ducard, À la recherche du mot : de la langue au discours, sous la direction de Claude Gruaz, Limoges, Éditions Lambert-Lucas, 2006, p. 67-82.

6 On pourra lire Jean-Claude Milner (Le périple structural, Paris, Éditions du Seuil, 2002, p. 65-85), qui a fait une étude précise des rapports établis entre les textes d’Abel, de Freud et de Benveniste.

7 Voir Jacques Lacan, Radiophonie (1970), repris dans Lacan, Autres écrits, op. cit., p. 403-447.

8 Jacques Lacan, ibid., p. 111.

9 Publié sous le titre « Subversion du sujet et dialectique du désir dans l’inconscient freudien », in Écrits II, Paris, Points, Éditions du Seuil, 1971 p. 151-191.

10 Jacques Lacan, ibid., p. 159.

11 Jacques Lacan, ibid., p. 159-160.

12 Voir, pour ces références, Claude Muller, La négation en français, Genève, Éditions Droz, 1991, p. 338-339.

13 Jacques Damourette et Édouard Pichon, Des mots à la pensée, Essai de grammaire de la langue française, vol. I, Paris, Éditions d’Artrey, 1911-1925, p. 115.

14 Jacques Damourette et Édouard Pichon, ibid., p. 132.

15 Jacques Damourette et Édouard Pichon, ibid., p. 140.

16 Voir Robert Martin, « Le ne dit explétif et les univers de croyance », in Langage et croyance. Les univers de croyance dans la théorie sémantique, Bruxelles, Éditions Pierre Mardaga, 1987, p. 67-80. Un univers de croyance est défini, en première approximation, comme l’ensemble des propositions qu’un locuteur tient pour vraies ou fausses. Une image d’univers est la représentation d’un univers de croyance dans le discours.

17 Olga Inkova s’appuie sur la théorisation de R. Martin pour rendre compte de l’emploi d’un ne explétif en russe. Elle conclut cette étude par le constat que la négation explétive n’est pas toujours syntaxiquement régie et qu’elle ne peut être dite ‘redondante’ ou ‘abusive’, d’un point de vue syntaxique ou sémantique. « Sa fonction, dit-elle, est de signaler la présence dans la structure sémantique de l’énoncé d’un élément sémantique, à savoir d’une proposition virtuelle, qui décrit le monde alternatif à celui évoqué. À la différence d’autres langues où signaler cette présence, quand les conditions sémantico-syntaxiques le permettent, dépend du libre choix du locuteur (le fameux ‘caractère psychologique’ de la Negexp), en russe, l’introduction de cet élément sémantique doit toujours aller de pair avec l’insertion de l’opérateur de négation. (…) Enfin, la définition de la Negexp en tant que négation d’une proposition virtuelle, nous permet de comprendre pourquoi elle n’a pas toutes les propriétés sémantiques de la négation pleine. » (Olga Inkova, « La négation explétive : un regard d’ailleurs », in Cahiers Ferdinand de Saussure, Volume 59, Éditions Droz, Genève, 2007, p. 128)

18 Jacques Lacan, L’Identification, Séminaire 1961-1962, non publié. Nous nous référons à la version proposée par l’Association freudienne internationale, accessible en ligne : http://sobrefulanos.blogspot.com/2009/12/seminaire-9-identification-lacan_29.html.

La séance consacrée à la négation est celle du 17 janvier 1962.

19 Jacques Lacan, L’Identification, Séminaire 1961-1962, op. cit., p. 109.

20 Jacques Lacan, ibid., p. 108.

21 « Peut-être à Vincennes… » (Ornicar, 1975), Jacques Lacan, Autres Écrits, op. cit., p. 314.

22 Entretien entre Antoine Culioli et Dominique Ducard, 2010, communication privée.

23 Otto Jespersen, La philosophie de la grammaire, Paris, Éditions de Minuit, 1974, p. 479. Jespersen retrace l’évolution de la négation à partir d’un ne (latin ne dico) renforcé par oenum (une chose), qui donne non, qui devient nen en ancien français, affaibli ensuite en ne puis renforcé par les mots désignant des quantités : mie, goutte, point, pas. Il retrouve cette logique de l’affaiblissement/renforcement dans les langues scandinaves, en allemand et en anglais.

24 Voir Sigmund Freud, « La négation » (1925), in Résultats, idées, problèmes II, traduit par Jean Laplanche et Jean-Bertrand Pontalis, Paris, P.U.F., 1985, p. 135-139. À la suite de Freud, René Spitz (1887-1974) fera du non l’un des organisateurs, avec le sourire et l’angoisse, du développement somato-psychique du petit enfant, modèle génétique qu’il expose notamment dans son ouvrage Le Non et le Oui, traduit en français et publié aux P.U.F. en 1962. On peut se reporter, pour une interprétation linguistique du texte de Freud, à Laurent Danon-Boileau « Dénégation, négation et dialogisme », in Le sujet de l’énonciation. Psychanalyse et linguistique, Paris, Éditions Ophrys, HDL, 1987, p. 37-54.

25 J’ai exposé et développé cette étude dans une communication lors du colloque de Cerisy-la-Salle sur Freud et le langage, en 2007, et dont le texte a été publié en portugais : Dominique Ducard, « A gênese do signo : o jogo do carretel e o gesto da faca », in Letras de Hoje, Porto Alegre, v. 44, n°1, 2009, p. 57-63.

26 Antoine Culioli, « Existe-t-il une unité de la négation ? », Pour une linguistique de l’énonciation. Opérations et représentations, Tome 3, Paris, Éditions Ophrys, HDL, 1999, p. 95.

27 Nous avons exposé cette conception du dialogue limité à l’espace de validation, domaine du discutable, dans une communication lors du colloque Dialogue et Représentation, Montréal, 26-30 avril 2010. Le texte est à paraître en anglais dans un ouvrage collectif : Dialogue and Representation, John Benjamins Edition, 2012.

28 Antoine Culioli, « La négation : marqueurs et opérations », Pour une linguistique de l’énonciation. Opérations et représentations, Tome 1, Paris, Éditions Ophrys, HDL, 1990, p. 91-111 ; « Formes schématiques et domaine », op. cit., p. 115-126 ; « Existe-t-il une unité de la négation ? », op. cit., p. 67-98.

29 Mots hérités du latin auxquels on peut ajouter les créations dites populaires : « ne prisier une amende, et aussi areste, beloce, biser (= pois), bufe (= chiquenaude), cime, cincerele (= petite mouche), clo, dent, don de sel, eschalope (= coquille d’escargot), flocel de laine, fraise, fusée (= bâton), hututu, mince (= rejeton), more, nieule, penaz, plomee, rostie, siron, trait de croie » (Walther von Wartburg, Evolution et structure de la langue française, cité dans l’article « Négation » du Grand Larousse de la Langue française, T. 4, Paris, Librairie Larousse, 1975, p. 3576)

30 Voir Claude Muller, op cit., p. 220.

31 Antoine Culioli, « Existe-t-il une unité de la négation ? », op. cit., p. 72.

32 Jacques Lacan, L’Identification, Séminaire 1961-1962, op. cit., p. 111.

33 Antoine Culioli, « Existe-t-il une unité de la négation ? », op. cit., p. 73.

34 Antoine Culioli, « Heureusement ! », Saberes no Tempo. Homenagem a Maria Henriqueta Costa Campos, Lisbonne, Éditions Colibri, 2001, p. 279-284.

35 Entretien publié dans la revue Ornicar n° 16 en 1978 : René Thom, « Entretien sur les catastrophes, le langage, et la métaphysique extrême », in Ornicar n°16, 1978, p. 73-109.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://aes.revues.org/docannexe/image/454/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Ducard, « Que ne se sont-ils compris ! », Arts et Savoirs [En ligne], 2 | 2012, mis en ligne le 15 juillet 2015, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://aes.revues.org/454 ; DOI : 10.4000/aes.454

Haut de page

Auteur

Dominique Ducard

Professeur à l’Université Paris-Est Créteil, Céditec EA 3119

Haut de page

Droits d’auteur

Centre de recherche LISAA (Littératures SAvoirs et Arts)

Haut de page
  • Logo Laboratoire LIttératures SAvoirs et Arts (LISAA)
  • Les cahiers de Revues.org