Navigation – Plan du site

« Cette polyphonie n’est pas externe mais interne »

Une étude de la polyphonie externe et interne
Merete Birkelund

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cf. Henning Nølke et al, ScaPoLine. La théorie scandinave de la polyphonie linguistique. Paris, 200 (...)

1Dans cet article, je me propose d’étudier la polyphonie externe et la polyphonie interne dans les énoncés dits adversatifs qui représentent une structure dans laquelle on trouve la présence de ces deux types de polyphonie. La définition dont je vais me servir pour décrire les deux types de polyphonie est celle présentée par Nølke dans son œuvre Linguistique modulaire : de la forme au sens de 1994 et élaborée dans sa théorie la ScaPoLine1. Nølke en fait une distinction nette de ces deux types de polyphonie et, c’est cette distinction qui sera le point de départ de l’analyse de cet article. Il existe beaucoup d’études qui traitent de la polyphonie, mais la plus grande partie de ces études est avant tout consacrée aux analyses de la polyphonie dite externe alors que la polyphonie interne n’a pas évoqué autant d’intérêt. Dans les structures adversatives, il s’avère cependant que la polyphonie interne est aussi importante que la polyphonie externe.

2Ce qui caractérise une structure adversative est la présence obligatoire de la négation ne ... pas et du connecteur mais, voir l’exemple (1) qui représente un exemple type d’une telle structure :

(1) Cette polyphonie n’est pas externe mais interne.

3Ces deux éléments linguistiques sont particulièrement aptes à une analyse polyphonique et c’est une description polyphonique de ces deux éléments qui va être le pivot de cette étude.

La scission du locuteur

  • 2 Cf. Henning Nølke, Linguistique modulaire : de la forme au sens. Paris/Louvain, Éditions Peeters, 1 (...)

4Comme Nølke le dit2, nous avons tous une idée intuitive de ce que chaque discours est polyphonique et qu’il semble en cacher un autre. Un discours est toujours produit dans un certain contexte qui fait appel à d’autres discours déjà produits ou susceptibles d’être produits dans l’avenir. Le locuteur fait parler plusieurs voix dans son texte dès qu’il présente un point de vue dont il n’est pas strictement responsable. Il fait référence à d’autres points de vue, à d’autres textes sur lesquels il laisse reposer son point de vue. Il est donc question d’une « scission du locuteur » d’où s’ensuit que « tout énoncé est fondamentalement polyphonique » (1994 : 154).

  • 3 L : le locuteur-en-tant-qu’individu (cf. Ducrot 1982 : p. 89).
  • 4 l0 : le locuteur de l’énoncé. Voir Nølke, Linguistique modulaire : de la forme au sens. Paris/Louva (...)
  • 5 Ibid., p. 154.

5La scission du locuteur permet de distinguer deux types de polyphonie : Il est question de polyphonie interne si « l’énoncé véhicule un point de vue, pdvi, qui est associé à L3 sans être associé au locuteur l0 »4. Il est par contre question de polyphonie externe dans le cas où « l’énoncé véhicule un point de vue, pdvi, qui est associé à quelqu’un de différent des êtres de discours indivisibles L et l0 »5. De cette constation s’ensuit que beaucoup d’énoncés véhiculent plusieurs points de vue, ce qui reste l’idée fondamentale d’une approche polyphonique comme celle de la ScaPoLine.

La négation et le connecteur mais

6Comme la négation est un marqueur fort de polyphonie externe et que le connecteur mais est également susceptible d’une lecture polyphonique, la combinaison de ses deux éléments dans un même énoncé, crée un type de polyphonie assez complexe. C’est justement cette complexité qui sera centrale pour la présente étude.

La négation et la polyphonie

7Que le locuteur se soit servi de la négation, c’est que quelqu’un pense ou aurait pu penser le contraire du point de vue du locuteur, cf. l’exemple canonique de Ducrot :

(3) Ce mur n’est pas blanc.

8L’énoncé de l’exemple (2) qui abrite une négation, véhicule deux points de vue incompatibles. Le point de vue explicite est forcément celui du locuteur de l’énoncé, l0, vu que, en règle générale, il ne nie pas, dans un même énoncé, son propre point de vue. La présence de la négation donne ainsi une instruction selon laquelle l’énoncé abrite deux points de vue : l0 assume la responsabilité du point de vue explicite, pdv2, mais il est non responsable du point de vue sous-jacent, pdv1, qu’il réfute. Il reste cependant impossible de déduire du seul énoncé qui est tenu responsable du premier point de vue, pdv1.

Mais et la polyphonie

9Dans l’énoncé où se trouve le connecteur mais, le segment introduit par mais est de la responsabilité de l0 alors qu’il n’est pas responsable du segment se trouvant à gauche du connecteur mais. Il n’est pas possible de déduire à qui il faut attribuer la responsabilité de cet autre segment.

La sémantique de mais

  • 6 Ducrot, Oswald & Anscombre, Jean-Claude, « Deux mais en français ? » in Lingua 43, 1977, p. 23-40.
  • 7 Il y a d’autres langues dans lesquelles on trouve plusieurs morphèmes ‘mais’, p.ex. l’italien qui e (...)

10Avant d’entamer un examen de la structure adversative, un petit récapitulatif de l’étude sur mais proposée par Anscombre & Ducrot6 (1977) peut être utile. La description sémantique distributionnelle que ces deux auteurs en proposent prévoit deux mais en français qui, malgré la morphologie identique, cache deux entités. Anscombre et Ducrot constatent dans leur article que la conjonction qui correspond à mais en français s’exprime en espagnol par deux morphèmes différents, pero et sino, ce qui est également le cas en allemand qui a les deux morphèmes aber et sondern7. Les connecteurs pero et aber fonctionnent comme des connecteurs argumentatifs ayant un sens concessif et reliant deux énoncés qui s’orientent vers des conclusions contraires alors que sino et sondern servent à relier deux segments discursifs dont le dernier rectifie le premier ; ces deux morphèmes ont un sens adversatif. Les deux sémantiques se trouvent dans la seule forme morphologique de mais en français. C’est le contexte et certaines contraintes syntaxiques qui déterminent la sémantique de l’énoncé dans lequel se trouve mais.

Les structures concessive et adversative

La structure concessive avec mais

11Comme le connecteur mais a un caractère bidirectionnel, il impose toujours une anti-orientation argumentative entre ses deux arguments. La structure concessive type a deux arguments p et q reliés par mais :

(1) p Mais q
(3’) Pierre est beau mais il est pauvre.

12p renferme ‘la beauté de Pierre’ alors que q renferme ‘la pauvreté de Pierre’. Comme p (la beauté) déclenche, cognitivement, tout un réseau d’idées et de pensées (p.ex. la richesse), cet argument mène à la conclusion r qui n’est pas toujours marquée linguistiquement dans le discours, mais qu’il faut chercher ou inventer. L’argument q, par contre, mène à une conclusion contraire, non-r. Il fait déclencher tout un réseau d’idées qui, à cause de la présence de mais, entre en opposition avec p. L’opposition entre p et q est donc causée par la présence de mais.

13Pour la fonction sémantico-logique de la structure concessive de l’exemple (3), je renvoie à la formalisation de Nølke (2011), représentée dans (3’’) ci-dessous :

(3’’) pdv1 : [X] (VRAI (p))
pdv2 : [ON] (GEN (si p alors r))
pdv3 : [l0] (VRAI (q))
pdv4 : [l0] (GEN (si q alors non-r))

14Selon l’être discursif X, qui n’est pas forcément repérable dans le contexte, il est vrai que Pierre est beau. L’argument p mène à une conclusion r que l’interprète a trouvée ou inventée disant par exemple qu’il vaut la peine de fréqenter Pierre pour sortir avec lui. Le locuteur de l’énoncé, l0, accorde pdv1. L’opinion générale, ON, qui constitue le pdv2, nous dit que, normalement, si une personne est belle, il est généralement admis, GEN, que cette personne est également ‘fréquentable’. Comme le locuteur textuel fait partie de ON, il s’ensuit que l0 est d’accord avec le pdv de ON. Mais indique que le second argument q porte une visée argumentative contraire au premier argument p. Le locuteur de l’énoncé, l0, accorde, par pdv3, que Pierre est (aussi) pauvre tout en annonçant la conclusion, pdv4, selon laquelle il est généralement admis, GEN, que si une personne est pauvre, il ne vaut pas la peine de la fréquenter. La force argumentative supérieure est accordée au dernier argument. Les deux arguments opposés restent néanmoins valables simultanément bien que l’argument q soit argumentativement le plus ‘fort’ et qu’il suggère la conclusion non-r. Aussi bien q que p sont applicables à Pierre car q est aussi vrai que p, ce qui permet que les arguments p et q peuvent changer de place dans la phrase, à savoir :

  • 8 Que p et q soient deux phrases complètes n’est pas une condition indispensable. Le sujet et le verb (...)

(3’’’) Pierre est pauvre, mais il est beau.8

15Pour résumer, le segment se trouvant à gauche du mais concessif oriente l’argumentation vers une conclusion r alors que le segment à droite s’oriente vers une conclusion opposée qui, au point de vue argumentatif, reste plus forte que la première conclusion tirée. La construction concessive comporte deux énoncés dont l’opposition ne s’exclut pas mutuellement. Il s’agit d’une opposition indirecte prononcée par l’intermédiaire de la conclusion r.

La structure adversative avec mais et la négation ne… pas

16Pour qu’une structure abritant le connecteur mais ait une valeur adversative, il existe certaines contraintes. Parmi ces contraintes, la présence d’une négation syntaxique en la plus importante. La présence de la négation est une condition nécessaire, mais pourtant pas suffisante vu que mais précédé par une négation est également susceptible de permettre une lecture concessive comme il ressort de l’exemple (5) :

(4) Pierre n’est pas beau mais (il est) riche.

17Les arguments p (Pierre n’est pas beau) et q (il est riche) donnent accès à une conclusion argumentative, où p mène à la conclusion r disant que Pierre n’est pas ‘fréquentable’ alors que q mène à la conclusion contraire non-r disant qu’il faut quand même le fréquenter parce qu’il est riche.

18La structure concessive possède ainsi quelques caractéristiques similaires à celles qui sont propres à une structure adversative. Comme on l’a dit ci-dessus, la présence d’une négation syntaxique dans la portée gauche de mais reste obligatoire dans la structure adversative. Ce qui distingue les deux structures, reste l’impossibilité de permutation des deux arguments dans la structure adversative alors que la structure concessive accepte une permutation des arguments comme on l’a vu dans (3’’’).

19Dans la structure adversative, le connecteur mais et la négation interagissent. Ce qui caractérise cette structure est l’omission du verbe fini dans la portée droite du connecteur mais. De plus, on peut constater une flexibilité limitée quant au choix d’éléments syntaxiques susceptibles d’occuper la place d’argument vu que les segments remplissant les portées du connecteur mais doivent appartenir au même paradigme syntaxique et sémantique, par exemple des substantifs, des infinitifs, des adjectifs, des adverbes, comme il ressort des exemples (5) à (15) ci-dessous :

(5) L’intérêt n’est pas la conservation mais la transmission.
(http://www.liberation.fr/​ 16.09.2011)
(6) Le G1000 n’est pas une fin mais un début.
(http://www.lesoir.be/​ 11.11.2011)
(7) DSK n’est pas coupable mais victime.
(http://www.lepoint.fr/​ 24.08.2011)
(8) Le pays n’est pas à reconstruire, mais à construire.
(http://www.alternatives.ca/​ 25.06.05)
(9) La plus grande gloire n’est pas de ne jamais tomber, mais de se relever à chaque fois.
(Confucius)
(10) Traduire n’est pas trahir, mais négocier.
(http://www.fabula.org/​revue%2002.08.08)
(11) Ce fait divers n’est pas récent mais très fréquent.
(http://www.centerblog.net/​ 20.11.2011)
(12) La crise n’est pas financière mais sociale.
(http://www.agoravox.fr/​ 20.11.2011)
(13) DSK ne m’intéresse pas en tant que personne mais en tant que personne publique.
(http://www.lepoint.fr/​ 30.08.2011)
(14) Nous ne vivons pas sur une planète ronde, mais sur un patatoïde bosselé, qui laisse bouche bée tous ceux qui se retrouvent nez à nez avec son image.
(Le média citoyen, AgoraVax.fr 02.08.08)
(15) Non ce n’est pas demain mais ce soir que j’arrête.
(http://www.atoute.org/​ 26.09.2011)
(16) La structure de la construction adversative se représente comme dans (16) : neg A MAIS B

20Il ressort des exemples (5)-(15) que la portée gauche de mais abrite une négation syntaxique alors que la portée droite ne contiennent ni de verbe fini ni de sujet ; la portée droite se caractérise ainsi par l’absence de structure propositionnelle alors que la portée gauche représente la structure propositionnelle totale de l’énoncé. Les deux arguments A et B appartiennent donc à un seul énoncé.

21Si un sujet et un verbe fini sont insérés dans la portée droite de mais, comme dans l’exemple (17), qui est une légère modification de l’exemple (1) :

(17) Cette polyphonie n’est pas externe mais elle est interne.

on n’a plus affaire à une construction adversative parce que les deux arguments représentent deux propositions indépendantes et distinctes.

22Comme les arguments de la structure adversative appartiennent au même énoncé et qu’ils font partie d’une seule structure, le locuteur n’accomplit en conséquence qu’un seul acte de langage, ce qui signifie, en conséquence, que le connecteur mais n’a de fonction qu’à l’intérieur d’une même proposition.

23Les questions qu’il faut se poser dans ce contexte, est de savoir 1) de quel type de polyphonie est-il question dans les structures adversatives ? 2) Est-il question du même type de polyphonie que celle qu’on trouve dans les structures concessives ? Et 3) qui est responsable des points de vue représentés dans l’énoncé ?

La polyphonie et l’énonciation

Les types de polyphonie

24Le principe fondamental de la ScaPoLine est que tout énoncé véhicule « au moins un pdv dont l0 prend la responsabilité » (Nølke et al 2004 : 51). On parle de monophonie quand la phrase ne contient qu’un seul point de vue qui est attribué, par défaut, au locuteur. – Si la phrase véhicule plusieurs points de vue, elle est polyphonique. Parmi les phrases polyphoniques, on distingue deux types de structures polyphoniques, à savoir la polyphonie externe et la polyphonie interne. Cette distinction dépend de la présence ou de la non-présence d’un autre être discursif que les images du locuteur (cf Nølke et al 2004 : 52-53). Comme le locuteur reste toujours responsable de son énonciation, on a affaire avec la polyphonie externe dès qu’il présente des points de vue qui ne sont pas strictement les siens alors que la polyphonie interne existe si le locuteur ne présente pas d’autres points de vue que les siens (voir aussi 2).

25La négation présente dans la structure adversative donne une instruction disant qu’il faut chercher deux points de vue. Le locuteur de l’énoncé, l0, est responsable du pdv2 et non responsable du pdv1 qui est un point de vue qu’il réfute. Le locuteur s’oppose ainsi à un point de vue positif implicite. Regardons d’abord la négation syntaxique du premier argument p de notre exemple type (1), ici repris dans l’exemple (18) pour la facilité de lecture :

(18) Cette polyphonie n’est pas externe.

26La négation de l’exemple (18) véhicule deux points de vue différents, un point de vue positif dont l’origine est attribuée à un autre locuteur que l0. Celui-ci peut être réel ou virtuel. Il est dissocié du locuteur de l’énoncé, l0, qui s’imagine que ce point de vue implicite aurait pu être énoncé par quelqu’un à qui il l’associe. La négation syntaxique du premier argument p est une négation polémique qui, selon la ScaPoLine, implique deux points de vue censés être contraires : le pdv1 est préalable au point de vue négatif explicite, pdv2, et fonctionne comme un antécédent ‘virtuel’ par rapport au pdv2 qui est celui du locuteur de l’énoncé. Il en assume la responsabilité tout en réfutant – par son emploi de la négation - le pdv1 préalable. Selon la ScaPoLine, la structure de l’argument p de cet exemple peut s’illustrer comme dans (18’) :

(18’) Cette polyphonie n’est pas externe
pdv1 : [X] (VRAI (p))
pdv2 : [l0] (FAUX (pdv1))

27Le pdv1, Cette polyphonie n’est pas externe, est présenté comme le point de vue de quelqu’un d’autre que le locuteur de l’énoncé qui, lui, est la source du pdv2. On a ici un exemple type de la polyphonie externe.

28Le locuteur ne se contente cependant pas de la réfutation du pdv2, il y rajoute une rectification par l’argument q : mais interne qui constitue un troisième point de vue, pdv3. Il est évident que le pdv1 joue un rôle très important dans la construction adversative vu qu’il est mis en valeur cognitivement et que c’est ce point de vue qui introduit la polémicité inhérente de l’énoncé, voire la polyphonie de la construction.

Polyphonie externe et interne dans la structure adversative

29Pour expliciter la complexité de la structure adversative, on a besoin de statuer une prémisse préalable contenant le présupposé disant que Cette polyphonie à une certaine caractéristique. Il s’agit d’un topos antéposé et extra-linguistique. Ce topos extralinguistique constitue le préalable aussi bien de pdv1 que de pdv2 (voir la formalisation dans (18’)). Pour argumenter en faveur de la nécessité d’émettre un énoncé de la forme neg A MAIS B, il faut que le locuteur de l’énoncé en ait senti un certain besoin dans la situation contextuelle. On peut donc représenter la structure adversative comme dans (18’’) :

(18’’) Structure :
neg A MAIS B
Cette polyphonie n’est pas externe mais interne
pdv1 : [ON] (Cette polyphonie a une certaine qualité)
pdv2 : [X] (Cette polyphonie = A) (VRAI (‘Cette polyphonie est A = externe’))
pdv3 : [l0] (FAUX (pdv2 ))
pdv4 : [l0] (Cette polyphonie = B) (VRAI (‘Cette polyphonie est B = interne ‘))

30Le donné extralinguistique, pdv1, est préalable au pdv2. Le locuteur de l’énoncé, l0, réfute pdv2 qui est de la responsabilité d’un locuteur différent, réel ou virtuel, du l0. Par contre, il assume la responsabilité de pdv3. Il est également responsable du pdv4 qui est élaboré de pdv3.

31La construction adversative représente une disjonction exclusive puisque seul un des deux arguments (A) est vrai. Comme dans la construction concessive, c’est également ici l’argument à droite de mais à savoir pdv4 qui l’emporte sur l’argument antéposé, pdv2.

32Or le locuteur aurait pu se contenter d’émettre l’énoncé (pdv4) Cette polyphonie est interne, qui aurait pu être un énoncé satisfaisant le topos extralinguistique présupposé Cette polyphonie à une certaine qualité. La raison pour laquelle le locuteur ne se contente pas d’énoncer pdv4 est qu’il suit les lois de discours selon lesquelles tout échange de parole est régi par les principes de coopération (cf. Grice). Le locuteur considère donc que l’énoncé négatif est pertinent dans la situation contextuelle en question. Dans cet échange de parole, il lui est donc nécessaire et pertinent de réfuter par pdv3 le point de vue erroné, pdv2 tout en le rectifiant par pdv4. Ce pdv4 est pourvu d’une force argumentative prédominante par rapport au pdv2.

  • 9 Nølke, Henning, Kjersti Fløttum, Coco Norén, ScaPoLine. La théorie scandinave de la polyphonie ling (...)

33À la différence de la construction concessive, le locuteur de l’énoncé, l0 de la construction adversative assume donc la responsabilité de deux points de vue, dont le premier, pdv3, contenant la négation polémique, fait preuve de la plurivocité de l’énoncé alors que, dans le second point de vue, pdv4, l0 entre en ‘dialogue’ avec lui-même tout en rectifiant son premier point de vue, pdv3. La construction adversative fait preuve aussi bien d’une polyphonie externe visant un interlocuteur non-déterminé avec lequel le locuteur de l’énoncé entre en dialogue que d’une polyphonie interne où le locuteur entre dans une espèce de dialogue avec lui-même. Comme c’est toujours l’argument à droite de mais qui reste la plus forte, on peut dire que dans la construction adversative, c’est la polyphonie interne qui reste la plus forte. La polyphonie exprimée est articulée dans un seul acte de langage par un seul locuteur. Le point de vue du locuteur est construit d’une manière hiérarchique étant donné que le locuteur est celui qui commente les différents points de vue de l’énoncé, ce que dit également Nølke en affirmant que « [...] seul un locuteur individuel peut être tenu responsable d’un pdv hiérarchique, ce qui n’étonne guère étant donné qu’un pdv hiérarchique véhicule un commentaire sur un autre pdv. [...] tout pdv hiérarchique est associé à l0. »9.

En guise de conclusion

34Comme on l’a vu, il peut être difficile d’identifier la nature concessive ou adversative d’une phrase qui comporte le connecteur mais et une négation syntaxique. Le lien prototypique véhiculé par mais représente un contraste qui se retrouve aussi bien dans les constructions adversatives que dans les constructions concessives. – Le mais adversatif enchaîne toujours des éléments linguistiques appartenant au même paradigme syntaxique et sémantique. La relation adversative est établie par mais entre un argument négatif réfutatif et un argument positif rectificatif à l’intérieur d’une seule proposition. L’analyse de la construction adversative que j’ai proposée montre que la structure ne véhicule qu’un seul acte de langage et qu’il n’y a qu’un seul locuteur qui commence par réfuter un point de vue exprimé par un autre locuteur, réel ou virtuel, pour ensuite entrer en dialogue avec lui-même tout en rectifiant son premier point de vue réfutatif. Il me semble que la structure adversative renferme des points de vue hiérarchiques dans la mesure où les points de vue représentés en véhiculent un autre. Cette polémique se manifeste par la présence de la négation ne ... pas, le marqueur de la polyphonie par excellence et, par la présence du connecteur mais, qui lui aussi est un marqueur de polyphonie. Que ces deux marqueurs de polyphonie soient présents dans un même énoncé seraient une indication de la présence de la polyphonie externe ET de la polyphonie interne dans les structures adversatives.

Haut de page

Bibliographie

Anscombre, Jean-Claude, “Linguistic Polyphony, Notions and Problems (and some Solutions)” in Therkelsen, Rita, Andersen, Nina Møller, Nølke, Henning (dir.), Sproglig polyfoni. Tekster om Bachtin og ScaPoLine, Århus, Aarhus Universitetsforlag, 2007, p. 95-108.

Anscombre, Jean-Claude & Oswald Ducrot, L’argumentation dans la langue. Bruxelles, Pierre Mardaga, 1983.

Bres, Jacques, Pierre Haillet, Sylvie Mellet, Henning Nølke, Laurence Rosier (dir.), Dialogisme, polyphonie : approches linguistiques. Bruxelles, Duculot, 2005.

Bruxelles, Sylvie et al., « mais occupe-toi d’Amélie », in Ducrot, Oswald et al., Les mots du dicours. Paris, Minuit, 1980, p. 93-130.

Ducrot, Oswald, Dire et ne pas dire. Paris, Hermann, 1972.

Ducrot, Oswald, « La notion de sujet parlant » in Recherches sur la philospohie et le langage, 1982, p. 65-93.

Ducrot, Oswald, Le dire et le dit. Paris, Minuit, 1984.

Ducrot, Oswald & Anscombre, Jean-Claude, « Deux mais en français ? » in Lingua 43, 1977, p. 23-40.

Ducrot, Oswald et al., Les mots du dicours. Paris, Minuit, 1980.

Grice, Herbert Paul, “Logic and Conversation”, in Cole, Peter. & Morgan, Jerry .L. (dir.), Syntax and Semantics, vol. 3, Speech Acts, New York, Academic Press, 1975, p. 41-58.

Lakoff, R., “If’s, and’s, and but’s about conjunctions” in Fillmore, Charles J. & Langendoen, D. Terence, Studies in Linguistic Semantics, New York, Holt Rinehart & Winston Edition, 1971, p. 114-149.

Nølke, Henning, Le regard du locuteur. Pour une linguistique des traces énonciatives. Paris, Éditions Kimé, 1993.

Nølke, Henning, Linguistique modulaire : de la forme au sens. Paris/Louvain, Éditions Peeters, 1994.

Nølke, Henning, Le regard du locuteur 2. Pour une linguistique des traces énonciatives. Paris, Éditions Kimé, 2001.

Nølke, Henning, ”På vej mod en sproglig polyfoniteori : problemer, fordele og perspektiver” in Nølke, Henning, Therkelsen, Rita, Sproglig polyfoni, Arbejdspapirer, 3. Roskilde, Roskilde Universitetscenter, 2005, p. 139-166.

Nølke, Henning, ”Hvad konnekterer konnektorerne ?” in Vikner, Sten, Volkmar, Engere (dir.), Kasus, sætningsled og semantiske roller. Tidsskrift for Sprogforskning. Nr. 1-2. Århus, Statsbiblioteket, 2006, p. 155-185.

Nølke, Henning, ”French Enonciation Linguistics. Some remarks on argumentation, Polyphony and Connectors”, in Acta Linguistica Hafniensia, vol. 39. Copenhagen, C. A. Reitzel, 2007, p. 101-123.

Nølke, Henning, La polyphonie et la Scapoline 2011 : l’héritage benvensitien, nouvelles perspectives, avancées théoriques et épistémologiques. Conférence plénière, le 24 novembre 2011 pour le colloque international de linguistique : Les théories de l’énonciation : Benveniste après un demi-siècle à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée en 2011.

Nølke, Henning, Kjersti Fløttum, Coco Norén, ScaPoLine, La théorie scandinave de la polyphonie linguistique. Paris, Kimé, 2004.

Riegel, Martin, J.-C. Pellat & R.Rioul, Grammaire méthodique du français, PUF, 1994-1999.

Sten, Holger, Nægtelserne i fransk. København, 1938.

Therkelsen, Rita, Nina Møller Andersen, Henning Nølke (dir.), Sproglig polyfoni. Tekster om Bachtin & ScaPoLine. Århus, Aarhus Universitetsforlag, 2007.

Togeby, Knud, Grammaire française. vol. 4, Copenhague, Akademisk Forlag, 1984.

Haut de page

Notes

1 Cf. Henning Nølke et al, ScaPoLine. La théorie scandinave de la polyphonie linguistique. Paris, 2004, Kimé.

2 Cf. Henning Nølke, Linguistique modulaire : de la forme au sens. Paris/Louvain, Éditions Peeters, 1994.

3 L : le locuteur-en-tant-qu’individu (cf. Ducrot 1982 : p. 89).

4 l0 : le locuteur de l’énoncé. Voir Nølke, Linguistique modulaire : de la forme au sens. Paris/Louvain, Éditions Peeters, 1994.

5 Ibid., p. 154.

6 Ducrot, Oswald & Anscombre, Jean-Claude, « Deux mais en français ? » in Lingua 43, 1977, p. 23-40.

7 Il y a d’autres langues dans lesquelles on trouve plusieurs morphèmes ‘mais’, p.ex. l’italien qui en a però, ma, anziche et (ma) bensi et le suédois qui, comme l’espagnol et l’allemand, en a deux morphèmes : utan (équivalent à sondern et sino) et men (équivalent à aber et pero).

8 Que p et q soient deux phrases complètes n’est pas une condition indispensable. Le sujet et le verbe de q peuvent être effacés comme dans l’exemple de classique de Lakoff (1971) : « He’s republicain but honest. » (Il est républicain, mais honnête).

9 Nølke, Henning, Kjersti Fløttum, Coco Norén, ScaPoLine. La théorie scandinave de la polyphonie linguistique. Paris, Kimé, 2004, p. 54.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Merete Birkelund, « « Cette polyphonie n’est pas externe mais interne » », Arts et Savoirs [En ligne], 2 | 2012, mis en ligne le 15 juillet 2012, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://aes.revues.org/439 ; DOI : 10.4000/aes.439

Haut de page

Auteur

Merete Birkelund

Département de Français, Institut d’Esthétique et de Communication, université d’Aarhus

Haut de page

Droits d’auteur

Centre de recherche LISAA (Littératures SAvoirs et Arts)

Haut de page
  • Logo Laboratoire LIttératures SAvoirs et Arts (LISAA)
  • Les cahiers de Revues.org